/news
Navigation
Manifestation étudiante

Vague d’arrestations à Québec

Manifestation
© René Baillargeon

Coup d'oeil sur cet article

Quelque 176 personnes ont reçu un constat d’infraction de 494 $ pour avoir participé à une manifestation illégale, hier soir, dans les rues du Vieux-Québec.

Les policiers ont appliqué l’article 500.1 du Code de la sécurité routière. Cet article stipule que «Nul ne peut, au cours d'une action concertée destinée à entraver de quelque manière la circulation des véhicules routiers sur un chemin public, en occuper la chaussée, l'accotement, une autre partie de l'emprise ou les abords ou y placer un véhicule ou un obstacle, de manière à entraver la circulation des véhicules routiers sur ce chemin ou l'accès à un tel chemin.»

Des accusations en vertu de la loi 78 adoptée par le gouvernement Charest, la semaine dernière, pourraient s’ajouter aujourd’hui. «La direction va se rencontrer au courant de la journée pour voir si des accusations selon la loi 78 vont être déposées», a laissé savoir Marie-Ève Painchaud, relationniste du Service de police de la ville de Québec.

Marcheurs imprévisibles

Les organisateurs des manifestations nocturnes à Québec ont dérogé à leur habitude, hier soir, en ne remettant pas le trajet de leur marche aux policiers.

«Dès le départ, les policiers sont venus nous voir pour nous dire que la manifestation était illégale, a admis Dominic Morin, qui était l’un des organisateurs. On a tous démissionné. Il n’y a plus d’organisateur», a-t-il annoncé.

Malgré qu’ils aient été dans l’illégalité, les policiers ont laissé les quelques centaines de manifestants quitter le Parlement pour leur promenade quotidienne. «Les policiers devaient espérer qu’ils puissent suivre un trajet, a défendu Mme Painchaud. Ils ont essayé de les encadrer du mieux qu’ils pouvaient, mais les marcheurs étaient imprévisibles.»

C’est finalement sur la rue St-Jean, après plus de deux heures à déambuler dans les rues, que les policiers et le service de contrôle des foules ont encerclé la troupe. Plusieurs ont tout de même réussi à se hisser hors du périmètre dressé par les forces policières.

Les personnes interpellées ont été transportées au Centre de foires pour y être identifiées et recevoir leur constat d’infraction. «Ensuite, elles ont été libérés à différents endroits pour éviter qu’elles s’attroupent de nouveau», a mentionné Mme Painchaud.

 

 

 

Commentaires