/news
Navigation

Concert de casseroles dominical

Coup d'oeil sur cet article

Près de 400 citoyens se sont rassemblés au Jardin Saint-Roch, dimanche après-midi, pour un autre concert de casseroles.

 

À l’invitation d’un professeur de cégep, des dizaines de familles se sont regroupées en Basse-Ville vers 13 h, hier, pour une marche dans les rues de Québec en direction de l’hôtel du Parlement. Encore une fois, la foule composée de personnes de tous les âges a fait du bruit en frappant sur des casseroles pour contester la loi 78 et la hausse des frais de scolarité.

L’organisateur, Félix Maranda, a lancé l’événement sur Facebook plus tôt cette semaine et a donné l’itinéraire de sa marche aux policiers dès vendredi. « Je voulais donner la chance aux gens de venir manifester le jour et pas seulement le soir pour permettre aux familles de participer ».

Casseroles de quartier

Après avoir participé à une « casserole de quartier » dans le secteur de Beauport, samedi, Caroline Gagnon, son mari et ses quatre enfants ont décidé de participer à une première manifestation d’envergure hier. De son côté, Magalie Paquin affirmait qu’elle participait à un deuxième concert de casseroles en moins de 24 h.

Après s’être réuni avec près de 100 personnes au coin de la 3e Avenue et de la Canardière samedi soir, la mère de famille s’est rendue au Jardin Saint-Roch hier. « On y participe le plus possible, ma fille est en secondaire deux, c’est elle qui sera la plus touchée dans cinq ans », illustre-t-elle.

Selon les manifestants, l’imposition de la Loi 78 a clairement eu un effet d’entraînement. « Il y a un plus grand pourcentage de la population qui y participe », se réjouissait Francis Grondin, un habitué des manifestations nocturnes.

Les policiers de Québec sont arrivés près d’une demi-heure après le début du rassemblement. Ils se sont assurés auprès de l’organisateur que le trajet les menant à l’hôtel du Parlement serait respecté, pour ensuite encadrer la marche avec seulement quelques voitures.

 

Commentaires