/travel/destinations
Navigation
Voyage

Deux jours à Saratoga Springs

Coup d'oeil sur cet article

NY - Située à mi-distance entre Montréal et New York, la petite municipalité de Saratoga Springs mérite bien que l’on s’y arrête pour quelques jours, le temps de découvrir sa riche histoire.

Embarquement pour 48 heures de nature, de bien-être, de culture et de jeux dans une ville dans l’État de New York des plus séductrices.

Au XIXe siècle, la combinaison des sources, les confortables installations et le cachet de Saratoga Springs font de cette destination un incontournable pour l’aristocratie américaine, qui s’y fait ériger de luxueuses résidences d’été.

La construction de l’autoroute (A-87) reliant Montréal à New York, celle du Saratoga Performing Arts (résidence d'été du New York Philarmonic Orchestra et du New York City Ballet), les nouveaux investissements dans le Saratoga Race Course, le plus vieil hippodrome des USA (1863), et au casino ont ravivé l’engouement pour cette ville délaissée au fil du temps.

JOUR 1

Journée dans le parc

Au lever, après un copieux petit-déjeuner, on profite du soleil pour entreprendre une longue randonnée, à pied ou à bicyclette, dans les sentiers du Saratoga Spa State Park (2300 acres), dans lequel jaillissent les sources qui sont à l’origine du développement de cette ville par un certain Gideon Putnam.

C’est également à ces sources qui fusent du sol comme d’un percolateur que l’on doit au président Franklin D. Roosevelt, atteint de la polio et croyant aux bienfaits de ces eaux chargées de minéraux, d’avoir injecté 5 millions $, une fortune à l’époque de la Grande Dépression, pour la construction d’un vaste complexe inspiré des spas européens.

Le complexe comprend les bâtiments du Roosevelt Bath & Spa (84 salles dont la moitié a été rénovée) ; le Simon Baruch Research, un bâtiment administratif où dans les années 40 et 50 des chercheurs étudiaient les effets bénéfiques de ces eaux ; le Bottling Plant, l’ancienne usine d’embouteillage d’eau de source devenue le Saratoga Automobile Museum ; le Hall of Springs pour les réceptions ; sans oublier le Gideon Putnam Hotel, conçu pour loger l’élite américaine qui fréquentait ce lieu où il fallait être vu.

Sur l’heure du midi, arrêt au Putnam’s Restaurant & Bar de ce même hôtel, judicieusement situé dans le parc, pour un repas léger (vaste choix de savoureuses salades) avant de reprendre le sentier menant aux salles de soins du Roosevelt Bath & Spa.

Après un bain d’une vingtaine de minutes dans l’eau des sources et un massage d’une heure dans ces anciennes salles qu’on a modernisé tout en préservant leur authenticité, on n’a qu’une seule hésitation : vaudrait-il mieux retourner à la chambre ou opter pour la détente au bord de la grande piscine victorienne ?

Un petit tour sur Broadway

En soirée, après une promenade dans le Congress Park où Gideon Putnam avait ouvert le tout premier hôtel sous la moquerie de ses concitoyens, on continue sur la rue Broadway où les vieux édifices dissimulent des galeries d’art, de charmantes petites boutiques, des bars, des cafés, des tavernes et de nombreux restaurants en tout genre.

Notre choix s’arrête sur le Wheatfields bistro-bar et vin, susceptible de satisfaire tous les goûts puisqu’on y sert aussi bien des pâtes que des poissons ou des steaks. De plus, les prix sont très raisonnables et l’ambiance fort sympathique.

Soirée sous les étoiles

Le reste de cette soirée étoilée exige un retour dans le parc pour un concert en plein air sur le gazon ou sous le chapiteau du Saratoga Performing Arts où se sont produites et se produisent toujours de nombreuses vedettes internationales (Liza Minelli, Yo Yo Ma, Kiss, the Police, etc.) et où se tiennent des festivals très courus (festival de jazz, food and wine, etc).

Certains habitués ont pris la précaution de réserver une suite avec verrière au Gideon Hotel Resort & Spa. On les voit confortablement installés, un verre à la main, assister au concert en direct de leur chambre. Les chanceux !

JOUR 2

Un peu d’histoire

En avant-midi, pendant que les maniaques de golf partent à la découverte du 18 trous considéré comme l’un des 10 meilleurs de l'État et installé au cœur du parc, les amateurs d’histoires et d’architecture optent pour un circuit guidé et commenté qui permet d'admirer les belles maisons victoriennes, anciennes résidences d’été de la haute bourgeoisie américaine du XIXe siècle.

On fait ensuite un arrêt aux différents musées dont les incontournables National Museum of Dance and Hall of Fame et National Museum of Racing and Hall of Fame, qui rend hommage à la passion des chevaux et des courses qui anime la ville. L’engouement pour les courses de chevaux, qui se déroulent chaque été, de juillet à la fête du Travail au Saratoga Race Course, contribue à doubler ou même tripler la population de cette petite ville d’un peu plus de 25 000 habitants, qui retrouve alors la splendeur d’autrefois.

Des jeux en tout genre

Enfin, on termine cette journée par une petite visite de courtoisie au Saratoga Casino & Raceway où l’on peut prendre un verre dans l’un des bars, manger dans l’un des restaurants, admirer l’adresse des sulkys ou se lancer à l’assaut des machines à sous.

Si certaines machines à sous sont voraces, celle ayant pour thème les personnages de « Sex and the City » semble faire le bonheur de toutes les femmes présentes. Il est vrai qu’aider Samantha à choisir ses souliers, Carrie à trouver la meilleure robe ou recevoir des fleurs de Mr. Big a de quoi faire sourire et ce, à peu de frais.

Destination idéale pour un séjour spa entre copines, un week-end romantique ou un séjour nature, Saratoga Springs vit dans l’effervescence des courses et des spectacles pendant la saison estivale, mais s’avère également un lieu fort prisé des sportifs en hiver qui peuvent y pratiquer la randonnée et la raquette dans les parcs enneigés.

Commentaires