/news/currentevents
Navigation
Luka Rocca Magnotta

Plus qu’un psychopathe

Le tueur risque de récidiver

Plus qu’un psychopathe 
Photo courtoisie Le tueur risque de récidiver

Coup d'oeil sur cet article

« Il faut absolument le retrouver parce qu’il va vouloir recommencer. »

C’est l’avertissement que lance le Dr Gilles Chamberland après avoir visionné la vidéo mise en ligne montrant un individu commettre un meurtre.

« C’est plus que de la psychopathie. C’est vraiment de la perversion sous forme de sadisme poussé à l’extrême », estime-t-il.

C’est du moins ce que laisse croire le plaisir que prend l’assassin à tuer sa victime, puis à mutiler son corps, indique le médecin.

Ce sadisme dont fait preuve le tueur révèle qu’il pourrait fort bien récidiver, suppose-t-il.

Ancré dans la réalité ?

« Ça semble être le fruit de quelqu’un qui est en contact avec la réalité, note le Dr Chamberland. C’est ce qui est le plus épeurant. »

Les indices que le tueur est tout à fait conscient des gestes qu’il pose abondent, fait-il valoir.

« Avec quelqu’un qui est en proie à une hallucination (due à une maladie ou une intoxication, un crime) n’est jamais fait de façon aussi rigoureuse, systématique, organisée et camouflée. »

Filmer la scène et la mettre en ligne sont d’autres signes appuyant cette théorie, avance le Dr Chamberland.

« Il veut attirer toute l’attention possible pour en retirer le plus de gloire possible », observe-t-il.

Ou délire ?

« Ça reste qu’une hypothèse, mais il est probablement sur un trip délirant », croit plutôt le Dr Hubert Van Gijseghem, qui, lui, n’a pas visionné la vidéo.

Si l’assassin semble en contact avec la réalité, il n’en demeure pas moins qu’il peut être en plein délire, assure-t-il.

« L’un n’empêche pas l’autre. »

L’envoi à des partis politiques de parties d’un corps qu’on présume appartenir à la même victime dénote une pathologie très profonde, prévient-il.

« Son action semble être un peu colorée par une idéologie et ça, on le voit souvent quand une personne entre dans un épisode psychotique », souligne le Dr Van Gijseghem.

Dans tous les cas, le tueur est dangereux s’il demeure dans la nature, conclut-il.

 

Sadisme
Désir de faire souffrir l’autre
Prendre plaisir à infliger la douleur physique ou morale
Cas similaires
William Fyfe
tueur de 9 femmes
Serge Archambault
tueur de 3 femmes
Agostino Ferreira
tueur de 2 femmes
Commentaires