/opinion
Navigation

Les faces cachées d’Amir Khadir

Coup d'oeil sur cet article

Le dramaturge, romancier et enseignant retraité d’une école publique primaire, Pierre K. Malouf, publie cette semaine aux éditions Accent Grave un important essai sur l’unique député de Québec solidaire.

Rien ne prédestinait pourtant Malouf à écrire un tel ouvrage.

Âgé de 68 ans, il en avait vu d’autres avec les communistes et syndicalistes du Québec des années 1960 et 1970.

Il change cependant d’idée et décide de sortir sa plume à la suite de la présence d’Amir Khadir parmi un groupe de manifestants devant Le Marcheur le samedi 11 décembre 2010, ceux-là mêmes qui boycottent et harcèlent la boutique parce qu’elle vend des souliers fabriqués en Israël.

À cette époque, Khadir trône en tête des sondages comme politicien le plus populaire du Québec. L’ex-président du Centre des auteurs dramatiques décide alors d’investiguer sur ce mystérieux personnage et le parti qu’il codirige.

Démasquer

Malouf amorce alors un long et méticuleux travail d’enquête afin de révéler au grand jour le vrai visage du député de Mercier et celui de la gauche radicale dont il est le plus flamboyant porte-étendard.

L’essayiste démontre, preuves à l’appui, comment Khadir a manigancé par-derrière pour maintenir la pression contre les petits commerçants qui vendent des chaussures israéliennes sur la rue Saint-Denis. Il illustre le fossé entre ce que dit publiquement Khadir et ce qu’il trame.

Il élargit par la suite ses recher­ches sur l’ensemble de l’œuvre de Khadir pour révéler qu’il ne s’agit pas d’un incident isolé ou d’un accident de parcours. L’auteur finit par mettre en lumière les « alliances douteuses » du député solidaire et se demande de qui Khadir est vraiment solidaire.

Révélations troubles

Ce livre-choc permet d’expliquer pourquoi Khadir s’acharne sur Israël, alors qu’il demeure pratiquement muet et inactif au sujet des dictatures islamiques ou de gauche. Il rappelle comment Khadir instrumentalise la question de la souveraineté du Québec pour promouvoir ses objectifs partisans. Il nous apprend de plus que Khadir accuse le Québec de pratiquer l’apartheid contre nos Premières Nations.

La conclusion de Malouf est on ne peut plus claire : « Un politicien déjà nuisible dans l’opposition et dont l’action, s’il parvenait au pouvoir, mènerait le Québec au désastre ne mérite pas qu’on lui fasse confiance. »

Personne ne pourra accuser Malouf d’être un adversaire politique : indépendant, il n’a jamais milité ni même été membre d’aucun parti ou mouvement politi­que.

Les prochaines semaines risquent donc d’être aussi difficiles que les dernières pour Khadir, lui qui a dû se porter à la défense de sa fille, arrêtée deux fois pour avoir bloqué des ponts, et après s’être fait rabroué par son propre parti à la suite de sa prise de position en faveur de la désobéissance civile.

À tous ceux qui songent voter Québec solidaire aux prochaines élections, particulièrement ceux qui habitent sur le Plateau-Mont-Royal, courez à la librairie la plus proche afin de vous procurer au plus vite Les faces cachées d’Amir Khadir. L’image du bon médecin bourré de compassion humaine cédera rapidement la place à un portrait moins flatteur d’un homme « au service de causes délétères ».

Commentaires