/entertainment/events
Navigation
Culture et médias

Le cauchemar médiatique de Labatt

Coup d'oeil sur cet article

Bientôt, dans les écoles de gestion et les écoles de communication, il y aura un cours « Ce qu’il ne faut PAS faire quand une crise frappe ». Et ils citeront l’exemple de Labatt dans l’affaire Magnotta.

La compagnie Labatt (qui brasse entre autres la Bleue) n’est pas du tout contente que The Gazette ait publié sur son site Web une photo du présumé démembreur avec une bière Labatt Bleue à la main. Pourtant, ce n’était pas un photo-montage, la photo provenait de la page Facebook de Rocco lui-même.

Bon, il faut dire que les compagnies de bière sont plus habituées à ce qu’on voit des filles à moitié nues ou des gars au sourire niais sur une plage tenir leur précieux liquide.

Leur bière dans la main d’un tueur, qui dépèce et profane le corps de sa victime, ça ne cadre pas vraiment avec leur campagne d’image.

LABATT VOIT ROUGE

Les avocats de Labatt ont menacé de poursuivre la Gazette si elle n’enlevait pas la photo de son site Internet pour la remplacer par une des autres (nombreuses) photos de Magnotta.

Dans une lettre au quotidien montréalais, un avocat de Labatt affirme : « Comme je suis sûr que vous pouvez le comprendre, cette image est hautement dénigrante pour notre marque »

Or, il est clair pour n’importe quel observateur des médias qu’aucune compagnie, aussi puissante soit-elle, n’a le droit de dicter à un journal son choix de photos.

C’est comme si la Ville de Montréal menaçait de poursuivre Paris-Match parce qu’ils font constamment référence à Magnotta comme le « dépeceur de Montréal » et que ça nuit à la réputation de la ville.

Vous vous rappelez le tueur norvégien Anders Behring Breivik, l'auteur de la tuerie du 22 juillet 2011, en Norvège. Il portait toujours des chandails Lacoste, avec un logo d’alligator. Pas bon pour leur image. Alors, ils ont contacté la police pour que le tueur porte d’autres marques de vêtements.

MÉDIAS SOCIAUX

Avec son attitude agressive, Labatt s’est vraiment tiré dans le pied. Non seulement personne n’aurait porté attention à la marque de bière de Magnotta s’ils ne l’avaient pas crié sur tous les toits, mais en plus, les médias sociaux se sont mis à ridiculiser la compagnie.

Sous les mot-clic #newlabattcampaing on a vu défiler toute la journée d’hier des messages pas mal plus dommageables pour la compagnie que n’importe quelle photo sur le site d’un journal. En après-midi, c’était le sujet de conversation #1 sur Twitter.

« Buvez avec modération, ne perdez pas la tête » « Jeffrey Dahmer préfère la Coors » « Labatt : le goût d’une nouvelle dégénération » « It’s killer time » « La Bleue va si bien avec le rouge » . Pas toujours de très bon goût, mais dans certains cas assez drôle.

Mais le commentaire le plus pertinent, celui qui résume le mieux la situation, venait d’un internaute qui a écrit : « Vous voulez savoir pourquoi les avocats gagnent des batailles, mais jamais la guerre quand vient le temps de gérer une crise ? Regardez l’affaire Labatt/Magnotta ».

Enfin, entre vous et moi, si vous voyez un tueur psychopathe une bière à la main, allez vous penser que la broue rend fou ?

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.