/entertainment/movies
Navigation
David Cronenberg

Il appelle au financement

cronenberg
Photo WENN David Cronenberg

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – Des artisans du cinéma québécois ont occupé symboliquement les locaux de l’Office national du film (ONF) de Montréal, mardi, afin de protester contre les récentes coupes budgétaires dans le domaine culturel. À cette occasion, David Cronenberg a rappelé la nécessité, pour l’État, de financer le septième art.

Rencontré par l’Agence QMI à Toronto dans le cadre de la promotion de Cosmopolis, le réalisateur canadien a dressé un portrait de la situation précaire dans laquelle se trouve l’industrie cinématographique locale.

«L’ensemble de ma carrière a été possible grâce aux subventions gouvernementales, a soutenu Cronenberg, à commencer par celles du Conseil des Arts du Canada et de Téléfilm Canada, puis avec l’implication de l’Ontario. Tous les films que j’ai réalisés, à l’exception de Une histoire de violence et The Dead Zone, ont bénéficié d’un soutien gouvernemental.»

«Partout dans le monde, sauf aux États-Unis, a-t-il poursuivi, l’aide gouvernementale accordée au cinéma est cruciale. C’est une manière de lutter contre Hollywood. On ne peut produire un film canadien de 200 millions $ et on ne peut rivaliser avec Hollywood en matière de superproductions. Par contre, on peut vraiment rivaliser [avec les Américains] en termes de films innovateurs, originaux et de qualité: pour ce faire, il nous faut cependant un soutien financier du gouvernement. Et tous les pays européens ont de telles mesures d’aide!»

Habitué à jongler avec les chiffres pour financer ses œuvres, David Cronenberg a insisté sur les avantages économiques des subventions accordées aux longs métrages canadiens.

«Nous avons un gouvernement qui ne voit pas la valeur [du financement de l’industrie cinématographique], a indiqué le réalisateur, et qui pense qu’il s’agit “d’art”... Lorsque j’ai entendu le premier ministre Harper parler de tapis rouge de riches, je dois dire que je me suis demandé de quoi il parlait! Cet argent-là engrange des bénéfices, les cinéastes amènent de gros montants dans les coffres du pays. Stephen Harper est un homme d’affaires, il devrait le comprendre. J’ai rapporté beaucoup d’argent à l’Ontario simplement grâce aux retombées des tournages, incluant celui de Cosmopolis

Le cinéaste, qui travaille actuellement sur Maps To The Stars — pour lequel il espère engager Viggo Mortensen et Robert Pattinson — a conclu son discours en affirmant avec force que le cinéma est un bon investissement.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.