/news/currentevents
Navigation
Grand prix

Dur week-end pour les forces de l’ordre

Plus de 80 personnes arrêtées en fin de semaine

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers ont procédé à plus de 80 arrestations en ce week-end mouvementé de F1 lorsque les festivités ont pris fin. Si la course s’est déroulée sans anicroche, la ville a quant à elle été secouée par des manifestations à la chaîne.

Le Grand Prix de Montréal, qui lance la saison des festivals, s’est déroulé sous une étroite surveillance policière. Il en résulte de nombreuses arrestations sur le site même des festivités et à proximité.

Quelques-unes des personnes arrêtées ont perpétré des actes criminels, pour la plupart à l’égard de policiers.

Elles devront faire face à des chefs d’accusation tels que voies de fait, agression armée et menaces.

Toutefois, la grande majorité des individus arrêtés s’en sont tirés avec une simple amende pour avoir enfreint un règlement municipal. Une trentaine de personnes mises en « détention préventive » hier après-midi n’ont pas écopé.

En ce qui concerne ces dernières arrestations, « on avait des raisons de croire que les gens pouvaient violer la paix ou s’apprêtaient à le faire », fait valoir l’agente Anie Lemieux, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le corps policier entretenait des doutes à leur égard notamment en raison des objets qu’ils transportaient avec eux en direction du circuit Gilles-Villeneuve : des briques, des couteaux et des lunettes de ski, entre autres choses, ajoute-t-elle.

Surveillance renforcée

Les forces policières étaient tout particulièrement sur leurs gardes hier, afin qu’aucun manifestant ne se faufile parmi la foule venue assister à la course.

Ainsi, les flâneurs n’ont pas été tolérés sur le site par les forces de l’ordre. Le SPVM y a interpellé les gens au « comportement suspect ».

Le réseau de métro a quant à lui été placé sous haute surveillance dès l’avant-midi.

Les nombreux policiers qui y étaient postés ont procédé à des fouilles systématiques des usagers, tant à la station de métro Berri-UQAM qu’à la station Jean-Drapeau, près du circuit.

Une quarantaine de personnes ont été expulsées du métro.

Débordements

C’est que la veille, de violents affrontements entre policiers et manifestants avaient éclaté aux abords des festivités du Grand Prix, rue Crescent. Vitrines fracassées, véhicules de police endommagés et plusieurs débordements ont ponctué la soirée.

La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) avait donné le ton du week-end dès jeudi soir en perturbant le cocktail d’ouverture. Quelque 37 arrestations ont donc été effectuées avant même le coup d’envoi des festivités.

Les multiples protestations n’ont pas pour autant eu d’effet négatif sur les activités du Grand Prix. Les amateurs de course ont pu assister comme prévu aux événements.

« Abus des policiers »

La Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) a pour sa part dénoncé les « détentions préventives » qu’elle considère être des « abus » de la part des policiers.

Les porte-parole du regroupement tiendront une conférence de presse aujourd’hui pour dévoiler des témoignages à cet effet.

– Collaboration de l’Agence QMI

 

Total : 83 arrestations
Vendredi : 12 arrestations
4 pour des actes criminels dont voies de fait envers un agent de la paix et agression armée
8 pour des infractions aux règlements municipaux
Deux manifestations
Samedi : 28 arrestations
14 pour des actes criminels dont voies de fait, méfait, agression armée envers des sur un agent de la paix.
14 pour des infractions aux règlements municipaux
Au moins trois véhicules de police endommagés
Vitrines fracassées
Trois personnes légèrement blessées par un taxi pris au piège dans la manifestation
De violents affrontements entre policiers et manifestants
Trois manifestations
Dimanche : 43 arrestations
5 arrestations pour des actes criminels, dont voies de fait sur policiers, menaces, intimidation et entrave.
4 arrestations pour des infractions aux règlements municipaux
34 arrestations préventives effectuées en vertu de l’article 31 du Code criminel.
Environ 40 personnes expulsées du site du Grand Prix ou des stations de métro.
Fausse alerte à la bombe dans le métro
Manifestation : tour de l’île en rouge avec environ 1 000 cyclistes
Trois manifestations
Commentaires