/news/politics
Navigation
Agences de la santé

Encore plus de cadres

La CAQ dénonce l’embauche depuis deux ans

sante
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de cadres dans les agences de la santé a encore augmenté de 7 % depuis deux ans, a révélé mardi le député François Bonnardel, qui déplore de nouveau la « dérive bureaucratique » du réseau de la santé.

 

Plus impressionnant encore, entre 2009 et 2011, le nombre total d’employés (incluant les cadres) dans les agences a bondi de 10 %, a signalé le député de la CAQ, en entrevue à TVA Nouvelles, condamnant cette « bureaucratie sans cesse grandissante », alors que son parti prône l’abolition de cette structure.

« Par rapport à l’organigramme 2008-2009, il y a 248 personnes additionnelles à l’emploi des agences de la santé. Et il y a 25 cadres de plus », a-t-il dénoncé en entrevue au Journal.

M. Bonnardel estime que ces chiffres lui donnent de nouvelles munitions pour mener son combat. Il avait fait une sortie identique en 2010, lorsqu’il portait les couleurs de l’ADQ, et se désole que la situation n’ait pas changé. 

Le réseau de la santé offre de moins en moins de services directs aux patients alors qu’il y a de plus en plus de gestionnaires, expose-t-il. Sur les 300 000 travailleurs du réseau, moins de 135 000 (médecins, spécialistes, infirmières, auxiliaires, préposés aux bénéficiaires, etc.) se consacrent aux soins de santé.

+ 26 % depuis 2003

Depuis que les libéraux ont pris le pouvoir en 2003, le nombre de cadres et d’employés dans les agences de la santé a gonflé de 26 %, fait-il remarquer. La CAQ a compilé elle-même ces chiffres à partir des rapports annuels de gestion de toutes les agences et des instances régionales de santé en calculant tous les employés à temps complet (ETC) ainsi que les employés à temps partiel et occasionnels équivalents à un ETC.

Les effectifs administratifs de tout le réseau de la santé (agences, ministère de la Santé, RAMQ, INSPQ, INESSS, Conseil du médicament, Conseil à la santé et au bien-être, Urgences-Santé, AETMIS) ont quant à eux augmenté de 17 % (cadres) et de 13 % (employés) entre 2003-2004 et 2010-2011. Cela représente un ajout de 104 cadres et de 898 employés. Ces chiffres excluent les gestionnaires des hôpitaux et des CSSS.

« Malgré les promesses du gouvernement Charest en 2003 et le fait qu’on soit allé chercher une contribution santé additionnelle (de 25 $ en 2010, 100 $ en 2011 et 200 $ en 2012) et malgré le fait que 45 % de nos impôts s’en vont dans le système de santé, il y a toujours deux millions de Québécois qui n’ont pas de médecin de famille, et les délais d’attente à l’urgence n’ont pas baissé comme on s’y attendait. »

On compte plus de 14 000 cadres dans le réseau. Le Journal avait révélé en janvier dernier que leur salaire combiné (avec primes) a franchi le cap du milliard de dollars en 2010-2011.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.