/news/currentevents
Navigation
accident | autoroute 15

« On ne va pas le lâcher ! »

Ricky Garcia a été « oublié » pendant 16 heures, inconscient, dans un champ après un violent accident

« On ne va pas le lâcher ! »
Photo Courtoisie Ricky Garcia Miranda a été retrouvé 16 heures après l’accident. On l’aperçoit avec sa copine Julie Hernandez, mère de sa fille.

Coup d'oeil sur cet article

Les proches de Ricky Garcia Miranda ne décolèrent pas, une semaine après l’accident qui aurait pu lui coûter la vie. L’homme de 20 ans a été oublié dans un fossé sur l’autoroute 15 par les secours et par son collègue de travail.

Ricky ne se souvient pas de l’accident. Ni de la fête. Ni du nom des membres de sa famille. Il souffre d’un sévère traumatisme crânien.

Le jeune père de deux enfants âgés de 3 ans et de 11 mois revenait d’une fête avec son collègue de travail Mathieu Tremblay-Vinet. Celui-ci aurait circulé en zigzags à 150 km/h, selon les policiers qui ont relaté les événements à la famille.

Nathaniel Audet
Ami

La voiture « décroche dans la courbe et s’en va complètement à droite. Il revient en tournoyant. On pense que c’est à ce moment-là que le corps est sorti du véhicule. On pense que le corps est passé devant le deuxième véhicule », sans être vu par le conducteur de ce dernier, rapporte le porte-parole de la Sûreté du Québec, Benoît Richard.

Le suspect n’a pas coopéré et aucun témoin n’a vu de passager.

L’absence de Ricky a sonné l’alerte, le lendemain matin.

Il a été retrouvé par ses deux meilleurs amis, qui avaient organisé une battue dans le fossé central de l’autoroute 15, à Laval, 16 heures après l’accident.

Écume à la bouche

« J’étais sûr qu’il était mort, se souvient Nathaniel Audet, les yeux dans le vide. Il avait de l’écume sur la bouche. Il était tout rouge, brûlé par le soleil. Je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas paniquer. »

Sa copine, Julie Hernandez, une amie et le père de Ricky le cherchaient de l’autre côté des clôtures de l’autoroute. De retour au point de départ, « ils nous ont dit qu’ils l’avaient trouvé, mais ils ne voulaient rien me dire de plus, j’étais trop hystérique », confie-t-elle en essuyant ses larmes, la gorge nouée.

Veille constante

Julie, les parents de Ricky, son frère Andy et ses meilleurs amis se passent le flambeau pour prendre soin de lui à l’hôpital depuis le 10 juin.

« Mon fils, on ne va pas le lâcher ! », dit son père José Garcia, encore troublé. « On ne peut pas remplacer la famille. Après l’accident, on s’est tous réuni pour mon frère », renchérit Andy.

Les 24 premières heures ont été difficiles pour ses proches, alors que l’état de Ricky était critique.

« Je suis parti pleurer dehors, je n’avais pas le choix. Mon cœur n’a pas été capable », dit Nathaniel toujours chamboulé.

Ils en veulent à la Sûreté du Québec (SQ) de ne pas avoir patrouillé sur un périmètre élargi, alors que le jeune homme se trouvait à plus de 75 pieds de la voiture. Mais la rage bout dans leur cœur au sujet du conducteur. Celui-ci n’a jamais dit aux policiers qu’il avait un passager, confirme le porte-parole de la SQ, Benoît Richard.

Ricky, mécanicien de métier, devra vivre avec des séquelles. Il devait emménager dans un nouvel appartement avec sa copine et sa fille en juillet.

Le médecin a confié à la famille qu’il pourrait avoir des troubles de mémoire et des changements d’humeur.

Son état est stable, mais seul le temps pourra rétablir les choses. En plus des moments de délire, Ricky a encore du mal à mettre un nom sur les visages des personnes les plus importantes dans sa vie.

Accusations

Il a des moments de lucidité, ajoute Julie, et de rares souvenirs de l’accident sans en être conscient. Selon Nathaniel, il aurait dit, il y a quelques jours : « Freine ! Freine ! Freine ! Aidez-moi ! Aidez-moi ! » L’instant d’après, il ne s’en souvenait pas, explique-t-il.

Mathieu Tremblay Vinet a comparu, mercredi, et devra faire face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé des lésions, de négligence criminelle et de conduite dangereuse.

Expliquant que son fils aura à vivre toute sa vie avec des séquelles, José Garcia souhaite « que justice soit faite. Je veux que le monde sache ce qui est arrivé. Il faut qu’il paye pour ses erreurs. »

Commentaires