/homepage
Navigation

Consignes bafouées

Un entrepreneur pointé du doigt après de la mort tragique d’une septuagénaire

Coup d'oeil sur cet article

La négligence d'un entrepreneur serait à l'origine de la mort tragique d'une femme de 72 ans écrasée à mort par un mastodonte, aux abords d'un chantier du secteur Côte-des-Neiges.

Dans son rapport, un coroner rapporte la mauvaise configuration des lieux et l'absence d'un signaleur, pourtant requis sur le chantier.

Le drame s’est produit lorsque la victime, Galina Matveeva, a été heurtée par un camion-benne, vers 17h le 7 juillet 2011 en traversant la rue.

Les événements se sont produits à l’intersection du chemin de la Côte-des-Neiges et du boulevard Édouard-Montpetit.

Au bout du corridor piétonnier sécurisé par des clôtures se trouvait le camion-benne stationné. Mme Matveeva a voulu poursuivre sa traversée de la rue, mais elle a été heurtée mortellement par le camion qui venait de démarrer. Le conducteur ne pouvait pas voir la dame, indique le coroner, en raison de sa taille.

Son décès aurait pu être évité, tranche le coroner Jean Brochu, dans un rapport rendu public récemment. Des lacunes dans la gestion du chantier par l’entreprise TGA Montréal sont en cause.

«Les mesures pour assurer la sécurité des piétons auraient pu être prises bien avant l'accident qui a coûté la vie à̀ Galina Matveeva», écrit le coroner.

Trop court

Selon lui, le passage piétonnier, délimité par des clôtures, aurait dû se terminer beaucoup plus loin. De plus, un signaleur aurait dû être sur place, ce qui n’était pas le cas, ajoute-t-il.

Pire encore, un superviseur de la Ville de Montréal avait signalé ces lacunes quelques heures plus tôt et avait demandé des correctifs.

Le coroner recommande à la Ville de s’assurer que le cahier des prescriptions spéciales soit respecté à la lettre.

Ce cahier de charges est lu et signé par l’entrepreneur lorsqu’il obtient un contrat.

TGA Montréal était charge du chantier de conduites d’eau puisque les Constructions Infrabec, qui avaient d’abord obtenu le contrat, ont eu des problèmes financiers, selon la Ville.

Interpellé

« On est toujours interpellé dans ce genre d’accident, mais on l’est encore plus parce qu’on l’avait constaté quelques heures avant, réagit le porte-parole de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin. On l’avait dit à l’entrepreneur. »

Quant à la recommandation du coroner, elle s’adresse au Directeur du Service des infrastructures, du transport et de l’environnement de la Ville de Montréal.

« On partage la recommandation. Déjà, on a de très grands standards. On va voir comment on peut améliorer les standards. »

 

Commentaires