/news/currentevents
Navigation
Portugais contre Espagnols

Ça brasse sur Saint-Laurent

Coup d'oeil sur cet article

La tension entre partisans portugais et espagnols a atteint son ­paroxysme hier, juste après la ­victoire de l’Espagne, alors que des amateurs en sont venus aux coups en plein milieu de la rue Saint-Laurent, à Montréal.

Les communautés espagnole et ­portugaise de Montréal ont convergé hier sur la rue Saint-Laurent pour visionner le match Espagne-Portugal.

C’est chez Movida que les Espagnols se sont donné rendez-vous et il y avait au moins une cinquantaine d’Espagnols ­passionnés fixés devant les écrans géants.

Les Portugais, eux, s’étaient réunis un peu partout sur la rue Saint-Laurent et la rue Duluth. Le Café central, sur Duluth, était bondé jusqu’au trottoir.

Sur Saint-Laurent, entre Rachel et Des Pins, le temps s’est presque arrêté durant le match, entre 14 h et 17 h.

Les drapeaux sur les voitures, les chandails et les décorations aux couleurs de l’Espagne et du Portugal étaient omniprésents.

La passion et la ferveur des deux clans de partisans ibériques étaient palpables juste avant le coup d’envoi, à 14 h 45.

Chez Movida, petit bar à tapas espagnol, cette rivalité prenait tout son sens. En effet, la cuisinière est d’origine portugaise et les propriétaires sont Espagnols. Les taquineries étaient au menu tout au long du match !

Vives tensions après le match

La tension entre partisans portugais et espagnols était forte à la fin du match. Les partisans espagnols réunis chez Movida étaient entourés de partisans portugais.

Les Espagnols ont voulu prendre la rue pour célébrer, mais quelques partisans du Portugal, visiblement frustrés, s’en sont pris à eux.

Un homme s’est fait frapper au visage après une altercation entre les deux clans sur la rue Saint-Laurent, à l’angle Duluth.

La police est intervenue pour séparer les rivaux, sans heurts.

Les Portugais n’avaient guère le cœur à la fête après cette défaite. Au contraire, les Espagnols manifestaient de vive voix leur joie d’avoir atteint la finale de l’Euro pour la deuxième fois consécutive.

Les festivités continueront jusqu’au petit matin, selon certains partisans espagnols. Cela risque de ne pas plaire aux Portugais, qui devront digérer la défaite aux mains de leurs cousins ibériques.

« Je les connais tous, les Portugais du coin, on se taquine depuis une semaine, on se nargue, mais toujours dans la bonne ­humeur. Le soccer fait ressortir le meilleur et le pire de nos communautés », mentionne Gabriel Garcia, le propriétaire du Movida, un petit bar tapas de la rue Saint-Laurent, et fier Espagnol.

 

Commentaires