/entertainment/shows
Navigation
Zoofest | Programmation

La crème de la relè­ve en humour... et autres

Coup d'oeil sur cet article

Pour sa quatrième édition, le festival Zoofest met le paquet. Cette année, les festivaliers auront droit à 120 spectacles, pour un total de 600 représentations, dans 16 salles, sur une durée de 25 jours. « C’est une sale grosse édition, cette année ! », dit son directeur général, Martin Durocher.

Imaginé par le fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, le festival Zoofest présente évidemment plusieurs spectacles d’humour, qui s’adressent principalement à un public de 18 à 34 ans.

À travers les nombreux artistes de la relève, à qui on laisse la plus grande place, on y retrouve quelques humoristes plus établis qui viennent s’amuser dans ce festival qui ne se prend pas au sérieux.

« Mike Ward vient présenter un spectacle en anglais, intitulé Pedophile Jokes and Death Threats (Blague de pédophiles et menaces de mort). Il aime tellement le festival qu’il se loue un appartement en ville pendant tout le mois juste pour être là, dit Martin Durocher. Dans 5 ou 10 ans, on espère que d’autres humoristes qui seront des stars de Juste pour rire viendront aussi présenter une heure de matériel fucké au Zoofest. »

Multidisciplinaire

Ainsi donc, le Zoofest propose beaucoup d’humour, mais l’événement se veut un véritable festival de découvertes multidisciplinaire. « On a de l’humour, de la musique, du théâtre, du cabaret, du conte, de la magie, de la danse et des performances », indique le directeur.

Environ 70 % des spectacles sont présentés en français et 30 % en anglais. Si on en croit l’équipe du Zoofest, l’édition 2012 est loin d’être la limite en termes de quantité. « Cent vingt shows, ce n’est rien », dit Martin Durocher, qui souhaite ouvertement faire du Zoofest un Édimbourg nord-américain. « Là-bas, il y a 2 300 shows et 28 000 artistes, dit-il de la ville écossaise. C’est la folie. Et c’est ce qu’on veut à Montréal. »

Avant d’en offrir autant, Zoofest proposera tout de même 120 spectacles, cet été. Et pour arriver à s’y retrouver, le Journal a demandé à Martin Durocher et à la directrice de la programmation du Zoofest, Claude Myre Bisaillon, de faire leurs suggestions.

Commentaires