/news/currentevents
Navigation
Tourisme | Montréal

Retour en force des touristes

Le calme est de retour après les casseroles et manifestations

Coup d'oeil sur cet article

Selon les organisateurs des grands festivals et l’association des ­hôteliers de Montréal, les touristes ont de nouveau pris d’assaut la métropole en juillet, au plus grand bonheur des commerçants du ­centre-ville.

Les mois d’avril et mai furent difficiles pour les marchands et les hôteliers de Montréal. Les casseroles, les manifestations étudiantes quotidiennes et les perturbations des festivités du Grand Prix de F1 ont affecté le chiffre d’affaires des commerçants de la métropole.

Toutefois, l’espoir de connaître une bonne saison 2012 semble renaître.

William Brown, de l’association des hôtels du grand Montréal, confirme qu’il y a eu pour le mois de juin 2012 une augmentation de 1 % du taux d’occupation des établissements hôteliers, comparativement à la même période l’an dernier.

De quoi mettre un peu de baume sur les plaies des hôteliers alors qu’en mai 2012, au plus fort de la crise étudiante, l’association faisait état d’une baisse de près de 8 % du taux d’occupation des hôtels de Montréal.

« Malgré cette baisse marquée en mai, on se rend compte que les choses s’améliorent grandement », affirme William Brown. « Tout porte à croire qu’en juillet, la plupart de nos membres afficheront complet. Une bonne nouvelle après ce décevant mois de mai. »

En effet, la couverture médiatique du conflit étudiant et des manifestations a eu raison des velléités des visiteurs. D’expliquer William Brown, « des hôteliers nous ont confirmé que plusieurs de leurs clients américains et européens souhaitaient annuler leurs réservations en voyant les images-chocs des manifestations du mois de mai et juin. »

Juillet, la reprise

L’association des hôteliers de Montréal et Tourisme Montréal sont tous les deux confiants du retour en force des touristes au mois de juillet. En effet, en juillet, les hôteliers peuvent compter sur le Festival de jazz, les congrès d’affaires et la belle température.

« Nous sommes toutefois prudents, nous avons vécu des événements uniques au printemps, il faut le réaliser. Nous avons espoir que le mois de juillet sera des plus profitables pour l’industrie, nous explique Pierre Bellerose, vice-président de Tourisme Montréal.

Laurent Saulnier, vice-président programmation du Festival de jazz de Montréal (FIJM) et des Francofolies, abonde dans le même sens et confirme que les visiteurs sont de retour.

« Le FIJM réussit année après année à attirer de nombreux touristes à Montréal au mois de juillet. Ce sont dix jours de fête et de retombées économiques pour les hôtels et les commerces du centre-ville. »

Saulnier dresse un bilan plus que positif des premiers jours du Festival. « La salle Wilfrid Pelletier affiche quasiment complet pour tous les spectacles. Et ça, c’est un excellent signe. Cela confirme que l’achalandage est loin d’être en baisse ».

Nombreux

La famille Paré-Defayette est venue de Plattsburgh dans l’État de New York pour assister aux spectacles et vivre la folie du festival. « C’est la troisième ou quatrième fois que nous venons au Festival de jazz de Montréal et cette année encore, nous ne sommes pas déçus. We love Montréal ! »

Les perturbations et manifestations quotidiennes en lien avec le conflit étudiant ne semblent pas déranger la famille.

« On a évidemment entendu parler chez nous de ces manifestations, mais ça s’est calmé, on n’est pas dérangé par ça ». Matt et Brian, de Boston, en sont à leur dixième voyage à Montréal. « Nous venons chaque année parce nous sommes des fans de jazz. On loue une chambre dans les dortoirs de l’Université McGill, c’est bon marché. »

 

Commentaires