/news/transports
Navigation
Travaux | Montée Monette

Des citoyens exaspérés

Des résidents de Saint-Mathieu, en Montérégie, pestent contre le gouvernement pour la lenteur des travaux

Coup d'oeil sur cet article

Toujours en chantier, le pont d’étagement de la montée Monette, qui enjambe l’autoroute 15 et coupe la municipalité de Saint-Mathieu en deux, est fermé depuis un an.

Les habitants ne décolèrent plus. Tôt hier matin, pancartes en main, ils sont montés sur le viaduc en travaux clamer leur mécontentement.

« On veut le viaduc » et « Assez des détours » scandaient les manifestants, encouragés par les klaxons des automobilistes.

L’an passé, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a décidé de démolir le pont – fragilisé par une collision avec un poids lourd quatre ans plus tôt – pour en rebâtir un nouveau.

Mais, les travaux s’éternisent. La réouverture, initialement prévue en décembre 2011, puis en avril 2012, est aujourd’hui suspendue. Il est même question de démolir une deuxième fois cet ouvrage routier à cause d’une erreur de conception.

« On en a marre. On a tous écrit ou appelé au MTQ, mais le gouvernement nous envoie ouvertement promener ! », s’indignent plusieurs habitants.

« Ça fait des mois qu’on n’a pas vu de travailleurs ici. Ils commencent un chantier et ils laissent tout en plan. C’est un abandon total ! », poursuivent-ils.

« J’ai perdu 30 % de mon chiffre d’affaires »
– Marie-José Dufour, propriétaire de l’épicerie

Route bloquée et arrestation

Aux alentours de 8 h 45, quelques résidents ont ralenti volontairement le trafic sur l’A-15 pendant une vingtaine de minutes, en direction de Montréal.

Alors qu’ils roulaient à 30 km/h sur l’autoroute, ils ont été rapidement interpellés par la Sûreté du Québec (SQ).

« Il y a eu un con­tact entre deux voitures et une arrestation », a commenté un sergent de la police provinciale.

Gilles Lalancette, qui comptait parmi les hommes partis bloquer la route, s’est insurgé contre les manières de faire de la SQ. « Ils ont tassé son char et ils lui ont sorti un gun (arme à feu) ! Ça n’a pas de sens. On n’arrête pas quelqu’un de même ! »

Depuis des mois, les citoyens sont à cran. La fermeture du pont d’étagement leur fait vivre un véritable cauchemar. Ils sont obligés de faire un détour d’environ 20 km pour se rendre de l’autre côté de Saint-Mathieu ou dans les municipalités voisines.

Commerces touchés

« J’ai perdu 30 % de mon chiffre d’affaires et j’ai de grosses difficultés d’approvisionnement », confie Marie-José Dufour, qui tient l’épicerie depuis 17 ans.

De son côté, le mécanicien René Bédard a dû couper dans ses effectifs.

« C’est très frustrant. C’est notre gagne-pain et on nous traite comme si on n’était rien », dit-il.

Le comédien Gaston Lepage, qui habite une municipalité voisine, a apporté son soutien aux manifestants.

« Les gens d’ici sont des gens gentils, ils croient ce qu’on leur dit. Mais aujourd’hui, ils en ont marre et manifester est la seule façon de se faire entendre », estime-t-il.

Commentaires