/entertainment/music
Navigation

Kanye West en solo

kanye west en solo
Photo Agence QMI, Marie-Joëlle Parent

Coup d'oeil sur cet article

Voilà un concert que le New Jersey n’oubliera pas de si tôt. Kanye West a réservé plusieurs surprises au public d’Atlantic City en fin de semaine à l’occasion de deux rares concerts en solo. Entouré de 18 ballerines, West a transformé le spectacle en tableau vivant, empruntant même au répertoire de Phil Collins. Retour sur une soirée mémorable.

C’était la première fois en plus d’un an que Kanye West se produisait seul sur scène. Il arrivait tout juste d’Europe, où la tournée Watch The Throne avec Jay-Z vient de se terminer.

West a pris d’assaut l’Ovation Hall, une nouvelle salle de 5 500 places située dans le nouvel hôtel-casino Revel, entièrement conçue d’ailleurs par la compagnie montréalaise Scéno Plus. C’est là que Beyoncé avait fait son grand retour sur scène après la naissance de son bébé à la fin mai.

Les fans de « Yeezy » avaient visiblement hâte de le revoir, les billets se sont envolés en quelques minutes et les New-Yorkais ont débarqué en grand nombre dans la ville du jeu. On rapporte que West aurait empoché près de 3 millions $ pour ces deux performances.

Reconnu pour son tempérament bouillant et ses nombreux dérapages (comment oublier l’épisode Taylor Swift et ses déluges de « tweets » enflammés), c’est un autre Kanye West qui s’est livré au public jeudi soir. Un Kanye plus posé, plus doux, plus humain.

Humilité étonnante

À 35 ans, il semble afficher une nouvelle et surprenante humilité. Il a dit à la foule qu’il n’était pas parfait, mais que sa musique l’était, il s’est excusé pour son arrogance et a remercié la foule de comprendre son audace.

Il a terminé ce concert de plus de deux heures sur une note sombre avec la chanson Hey Mama, l’hommage à sa mère Donda West, morte en 2007. Il a murmuré les mots « mama » a capella plusieurs fois avant de quitter sobrement le théâtre, sans rappel.

Il a longuement remercié ses ballerines. « Il y a du sang sur cette scène, a-t-il imagé. Elles travaillent depuis l’âge de deux ans ». Il a aussi affiché ses faiblesses, confiant avoir complètement oublié le refrain de All of the Lights. Qu’importe, il en a inventé un nouveau sur place. « Si ma voix craque, c’est parce que je viens d’atterrir de Paris », a-t-il précisé.

Kanye amoureux ?

Cette « métamorphose » serait-elle l’effet de sa nouvelle flamme ? Probablement. À plusieurs reprises durant le spectacle, il a chanté la tête tournée vers le balcon où avait pris place Kim Karda­shian. Il a performé deux fois plutôt qu’une Way Too Cold, la chanson dans laquelle il confesse son amour pour la vedette de téléréalité.

Il a même entonné le succès de Phil Collins In the Air Tonight, martelant « I’ve been waiting for this woman all my life ». Ce fut un des moments les plus forts de ce spectacle qui nous a fait redécouvrir Kanye, l’artiste au sommet de son art.

La mise en scène épurée nous a replongés dans l’imaginaire de son album de 2010, My Beautiful Dark Twisted Fantasy, et la chanson Runaway avec ses danseuses en maillot à plumes beiges.

Il a commencé le concert perché sur une grue survolant le public avec les paroles de Dark Fantasy. La toile en fond de scène affichait des anges, rappelant vaguement la chapelle Sixtine. Le seul moment trop pompeux est venu au troisième acte quand il est sorti d’une immense toile de parachute blanche sur la trame sonore du film Chariots of Fire.

En abandonnant jeudi soir cette attitude de demi-dieu qui lui collait à la peau, plusieurs spectateurs, moi la première, ont redécouvert son génie.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.