/news/education
Navigation
Yalda Khadir

Vacances en famille permises pour la fille d'Amir Khadir

Coup d'oeil sur cet article

Yalda Machouf-Khadir, la fille du député de Mercier, pourra passer ses vacances en famille. Elle et son petit ami Xavier-Philippe Beauchamp étaient de retour en Cour hier, afin de faire modifier quelques-unes de leurs conditions.

Depuis leur arrestation en juin dernier pour leur implication présumée lors de manifestations à Montréal, Mme Machouf-Khadir et M. Beauchamp devaient notamment être confinés à la résidence de leurs parents entre 22 h et 6 h.

Or, pour des raisons « familiales », ces conditions ont été modifiées hier matin au palais de justice de Montréal.

Les deux accusés n’auront notamment pas à respecter le couvre-feu imposé entre le 14 juillet et le 12 août prochain, seulement s’ils sont en présence de leurs parents ou beaux-parents.

« C’est des raisons purement familiales. Puisqu’ils n’avaient pas le droit de quitter leur adresse, ça les empêchait de partir avec leur famille en vacances », a expliqué Francesca Cancino, l’avocate-stagiaire qui les représentaient hier.

« C’est seulement pour cette période de vacances que les conditions sont modifiées », a-t-elle ajouté.

« Études »

D’autres conditions ont été modifiées, dont celle de ne pas se trouver près d’un terrain d’une institution d’enseignement.

Sauf pour des fins de travail, a-t-on précisé. Assis dans la salle, le père de Yalda, Amir Khadir, répétait en chuchotant: « Sauf pour les études ! »

L’avocate de Machouf-Khadir a alors expliqué au juge que sa cliente est étudiante au cégep du Vieux-Montréal.

« Oui, sauf que je comprends que les cours ne sont pas encore repris », a répliqué le procureur de la Couronne.

La question sera donc discutée le 20 juillet, alors que Mme Machouf-Khadir doit à nouveau se présenter en Cour.

Rappelons que la jeune femme de 19 ans et son copain sont accusés des saccages des bureaux de l’ex-ministre Line Beauchamp et de l’Université de Montréal en avril dernier, ainsi que de voies de faits sur une photographe de presse dans les couloirs du palais de justice en mai dernier.

Commentaires