/lifestyle/casa
Navigation
sur invitation

Les quatre saisons de Réjean Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Réjean Tremblay nous dévoile son décor nature qu’il apprécie au rythme des saisons. ­Perchée en plein cœur d’une région montagneuse, la majestueuse demeure lui procure l’agréable sensation de vivre dans les arbres. Sa résidence est aussi son lieu de travail. Bienvenue dans ­l’antre de l’écrivain!

Entre ses chroniques radio, ses collaborations multiplateformes pour Québecor, l’écriture de téléséries et d’un prochain roman qui sortira en novembre, Réjean Tremblay a pris le temps de nous ouvrir les portes de sa résidence après près d’un an de persévérance de la part de celle qui écrit ces lignes. Merci à l’homme de parole!

La bulle de l’écrivain

L’auteur, journaliste, chroniqueur, scénariste et producteur n’a pas vraiment causé déco et réno, car ce domaine, c’est plutôt le dada de sa femme, Louise, qui est en quelque sorte actuellement une chasseuse de maisons en Floride. Le couple possède une résidence là-bas et y investit aussi. Le tête-à-tête a plutôt tourné autour de deux de ses passions : l’écriture et la musique.

« La maison est relativement grande, mais la pièce où je passe le plus de temps, c’est dans mon bureau. C’est ici que je travaille. Je me lève vers 5 h 30 et j’ai tout ce qu’il faut ici. La cuisine, la salle de bains, le poêle, le frigo, la cafetière... Je pourrais vivre dans ce bureau-là! Souvent, l’hiver quand je suis seul parce que Louise passe l’hiver en Floride et moi j’y vais toutes les deux semaines, je ne sors pas de mon bureau. Souvent même, je soupe ici et je termine vers 21 h. »

Les anciens propriétaires de cette résidence avaient un locataire dans cette pièce. Lorsqu’il a visité la maison, Réjean a tout de suite réalisé que cette propriété était parfaite pour son rythme de vie.

« Je trouvais essentiel d’avoir une place adéquate pour écrire et faire de la radio. C’est une pièce complètement fermée et indépendante de la maison. Lorsque j’ai acheté, j’ai démoli le mur qui fermait la chambre et j’ai tout rénové. J’aime aussi cette maison parce qu’elle est lumineuse et que j’ai l’impression de vivre dehors. L’automne, c’est incroyable comme c’est beau ici! »

Sa discothèque

Outre le concerto du chant des oiseaux, c’est sur une trame de musique classique que Réjean Tremblay joue du clavier. La musique est sa douce complice de tous les instants. Notre hôte possède une impressionnante collection de quelques dizaines de milliers de CD, dans la pièce qu’il appelle sa discothèque.

« Quand je suis seul, il y a de la musique ici 18 heures par jour. Mozart, Haydn, Vivaldi, Bach, Brahms... Je trouve que le classique est la musique parfaite pour créer. Avant d’écrire, il y a tout un processus créatif qui est primordial et qui est fondé sur la rêverie. Il faut rêver aux personnages, à ce qui va leur arriver avant d’écrire. La rêverie est canalisée dans une réflexion et passe ensuite au stade final, l’écriture. La musique accompagne bien tout ce travail. »

La discussion a bifurqué sur un concert de Kent Nagano qui avait lieu en même temps qu’un match du Canadien. Son cœur balançait entre deux passions et l’a dirigé vers le concert, après la première période du match de hockey. En bon conteur, il a enchaîné son histoire en me racontant que l’orchestre avait joué pas mal mieux que le Canadien et que Kent Nagano fut l’étoile du match, meilleur que n’importe quel joueur du Tricolore!

Musique, Partout!

Le grand mélomane est bercé par la musique dans toutes les pièces de sa maison. Même à l’extérieur, on retrouve dans plusieurs arbres des haut-parleurs qui servent aussi de nichoirs pour la gent ailée qu’il considère plus agréable qu’un réveil-matin. Avant de quitter les lieux, Réjean Tremblay partagea avec nous son tout récent coup de cœur : le trio de jeunes ténors italiens Il Volo. Frissons garantis, croyez-moi! C’est avec une grande générosité que le prolifique artiste a ouvert les pages de son journal intime avant de s’envoler aux Jeux olympiques de Londres!

Commentaires