/lifestyle/health
Navigation

Quelques conseils pour les baigneurs

Quelques conseils pour les baigneurs
PHOTO D'ARCHIVES Les piscines publiques peuvent être fréquentées par de microorganismes pathogènes. Il faut donc éviter d’avaler de l’eau ou même d’en introduire dans votre bouche.

Coup d'oeil sur cet article

Ma chronique de la semaine dernière sur les vilains petits canards a suscité plusieurs questions sur les maladies transmises par les eaux de baignade ou les inconvénients qui résultent de séjours dans l’eau. Les conseils qui suivent vous permettront d’en éviter quelques-uns et d’en éviter également aux autres.

Par les temps qui courent, les piscines publiques et les plages accueillent des milliers de personnes en quête de fraîcheur. Rappelez-vous que des microorganismes pathogènes fréquentent également ces mêmes lieux. Les lacs et les rivières peuvent être contaminés par des microorganismes transportés par des eaux usées ou de ruissellement, des déjections animales ou par les baigneurs eux-mêmes qui sont victimes d’accidents fécaux.

Évitez de vous baigner dans les aires de baignade qui ont été répertoriées comme étant non sécuritaires. En tout temps, même dans les piscines, n’avalez pas d’eau. Certes, le chlore dans les piscines neutralise les microorganismes. Toutefois, il lui faut un certain temps pour le faire. Certains microorganismes peuvent survivre dans les piscines quelques heures et parfois plusieurs jours.

LA GASTROENTÉRITE

Au nombre des maladies transmises dans les eaux de baignade, des infections de la peau, des yeux, du nez et des oreilles peuvent surgir toutefois, les diarrhées sont les plus fréquentes et sont généralement le résultat de l’absorption d’eau de baignade. Si vous êtes victime de diarrhée à la suite de votre séjour dans l’eau, assurez-vous de prévenir la déshydratation en buvant beaucoup de liquide. Un conseil des plus importants pour les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées comme celles, par exemple, ayant reçu une greffe ou en traitement de chimiothérapie : vous devriez consulter sans tarder si la diarrhée est sanguinolente ou s’accompagne de fièvre et de frissons. Vous devriez le faire également s’il y a apparence de déshydratation. Parmi les signes qui la révèlent : la bouche sèche, les lèvres gercées, la peau rougeâtre et sèche, des maux de tête, l’irritabilité, des urines peu fréquentes, des pleurs sans larmes, aucune transpiration ou la confusion.

 

Commentaires