/news/currentevents
Navigation
Vente d’œuvres d’art

Fausse représentation

Le vendeur aurait fait croire que l’artiste est sur le point de mourir

Coup d'oeil sur cet article

Convaincu par un marchand d’art que la valeur des toiles d’un peintre allait augmenter à la suite de sa mort imminente, un entrepreneur américain pensait faire une bonne affaire. Sauf que l’artiste est en bonne santé.

De passage à Montréal, Randy Ferman pensait faire un bon investissement lorsqu’il s’est présenté à Galerie 2000, une galerie du Vieux-Montréal. Sur place, le vendeur lui aurait suggéré d’acheter des toiles d’Armand Tatossian, un peintre de 60 ans reçu à l’Académie royale des arts du Canada.

Pierre-Antoine Tremblay aurait encouragé l’acheteur à acquérir les tableaux, alléguant que Tatossian était sur le point de mourir, ce qui allait augmenter la valeur des toiles.

Pour appuyer ses dires, il aurait présenté une lettre de la sœur du peintre confirmant l’allégation. Entre 2009 et 2011, Randy Ferman a ainsi acheté six toiles à 124 000 $, payant par mensualités. Il découvrira plus tard que l’argument du vendeur ne serait qu’un tissu de mensonges.

Dans une poursuite déposée en Cour supérieure, Randy Ferman réclame maintenant l’annulation de la vente et le remboursement des 63 000 $ qu’il a déboursés jusqu’à présent, d’autant plus qu’il assure n’avoir jamais reçu les peintures. Il devait recevoir les toiles seulement une fois le montant total payé.

Pas mourant

Jointe au téléphone, la sœur et tutrice légale d’Armand Tatossian a expliqué que la lettre datait en fait de 2007, quand son frère avait subi une opération à la suite de problèmes de santé.

Depuis, il a récupéré au point d’avoir fait quelques pas de danse lors d’un mariage l’année dernière.

« Il va bien, a assuré Mary Tatossian. À l’époque, il était en fauteuil roulant, mais la réadaptation s’est bien déroulée. »

Mais le vendeur aurait fait fi de la nouvelle.

« (M. Tremblay) a, à plusieurs reprises, affirmé que la santé de M. Tatossian se dégradait, qu’il portait des couches, se déplaçait en fauteuil roulant et qu’il allait assurément mourir dans un proche avenir, indique la poursuite. Il a insisté sur l’impact que cela aurait sur la valeur des toiles. »

« Je ne souhaite la mort de personne, mais j’avais acheté ces tableaux comme un investissement, a ajouté Randy Ferman en entrevue télé­phonique. Je me sens floué. »

D’autres mensonges

Mais Pierre-Antoine Tremblay ne se serait pas limité à cette seule fausse représentation. Selon Randy Ferman, le vendeur lui aurait également assuré, à tort, qu’une partie de la vente reviendrait à la famille de l’artiste.

« L’allégation que l’argent va à la famille est fausse », a assuré Mary Tatossian.

Le vendeur aurait également ajouté que les toiles venaient de la collection privée d’Armand Tatossian. Encore une fois, l’information serait fausse.

La sœur de l’artiste a d’ailleurs affirmé que ce n’était pas la première fois qu’elle entendait une telle histoire.

Elle raconte avoir déjà été contactée par un acheteur qui, en découvrant le pot aux roses, aurait tenté en vain de se faire rembourser. Il a échoué sous le faux prétexte que l’argent avait déjà été versé à la famille.

Déception

De son côté, le peintre déplore cette situation, affirme Mary Tatossian.

« Il est très déçu, a-t-elle dit. Il pensait que Galerie 2000 serait là pour lui (après son accident). Elle n’a rien fait. »

La femme regrette également que le nom de domaine du peintre dirige les internautes vers un site où Pierre-Antoine Tremblay est présenté comme « l’agent exclusif » du peintre, ce qui est également faux, selon elle.

N’ayant pas les fonds pour entreprendre une poursuite, elle ne peut donc que prévenir des acheteurs qui la contactent à l’occasion.

Pierre-Antoine Tremblay, lorsque joint au téléphone, a expliqué qu’il était à l’extérieur du pays et que, « de toute façon, (il) n’avait aucun commentaire à faire ».

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.