/sports/others
Navigation
Traversée internationale du Lac-Saint-Jean

Grimsey digne de Stoychev

Après avoir patienté à l’arrière du peloton, l’Australien file comme une torpille et gagne

Trent
Photo Roger Gagnon, Agence QMI Trent Grimsey n’a pas fait mentir la majorité des experts qui le voyaient succéder à Petar Stoychev. Il remporte ainsi une deuxième étape consécutive du Grand Prix de nage en eau libre FINA.

Coup d'oeil sur cet article

ROBERVAL | L’Australien Trent Grimsey a offert une prestation digne de Petar Stoychev, samedi, dans le lac Saint-Jean. Patientant à l’arrière du peloton, Grimsey a pris ses jambes à son cou à dix kilomètres de l’arrivée et a filé comme une torpille vers Roberval où il a remporté sa toute première Traversée.

 

Décidément, le grand gaillard de Brisbane avait bien appris du maître Stoychev, puisqu’il a appliqué la même médecine que le Bulgare a fait subir à ses adversaires pour s’approprier le prestigieux titre. Grimsey a bouclé l’épreuve de 32 km en 2 h 26 min 12 sec.

« Je n’aurais pas pu demander mieux, a lancé d’emblée le sympathique athlète à l’accent qui pourrait rendre jaloux Crocodile Dundee. J’ai beaucoup appris de l’année dernière (il a terminé 5e) et je crois que je n’aurais pas pu remporter la victoire sans cette expérience. »

Fin endiablée

Après avoir presque réussi à se faire oublier du peloton de dix nageurs qui menait la course, Grimsey a mis les voiles à dix kilomètres de l’arrivée. Pas un rival n’a tenté de le suivre. « J’ai vu l’opportunité et ça a été la bonne. Quand j’ai décidé de partir, j’ai donné mon 110 %. »

Derrière lui s’est jouée toute une lutte pour le podium, alors que le Macédonien Tomi Stefanovski et le Québécois Philippe Guertin ont bataillé ferme. C’est finalement

l’expérimenté Stefanovski (6 h 33 min 56 sec), 41 ans, qui a eu le dessus sur la jeunesse de Saint-Hubert (6 h 33 min 58 sec), âgée de 21 ans.

Ce sont six nageurs qui se sont présentés au même moment dans la rade de Roberval, donnant lieu à une finale endiablée. Tout le contraire du départ, à Péribonka, où les nageurs ont pris un bon moment à s’étudier avant d’augmenter le rythme.

« C’est bon pour les spectateurs, mais c’est dur pour nous », a soufflé l’aîné des nageurs.

Un record pour Cunha

À sa première présence à Roberval, la Brésilienne Ana Marcela Cunha ne s’est pas contentée d’une victoire, établissant un nouveau record de la Traversée chez les dames.

Cunha, à peine 20 ans, a même fait la barbe à plusieurs nageurs masculins. Son temps de 6 h 34 min 06 sec relègue aux oubliettes l’effort de 6 h 36 min 07 sec d’Edith Van Dijk établis en 2000.

« C’était difficile de suivre le peloton. Le rythme était assez fort. Mais je n’avais pas le choix, je ne voulais pas nager seul », a-t-elle raconté par l’entremise d’une interprète.

Victorieuse lors des deux dernières traversées du lac, l’Argentine Pilar Geijo a pris le deuxième rang, suivie de l’Espagnole Esther Nunez-Morera.

 

Commentaires