/entertainment/music
Navigation

L’univers éclaté de Klô Pelgag

La jeune chanteuse ne cesse de charmer et de récolter les honneurs

Klo Pelgag
Photo d'archives, Agence QMI Remporter les honneurs est presque devenu une habitude pour Chloé Pelletier-Gagnon, connue sous le nom de Klô Pelgag. Elle s’est notamment distinguée au Festival International de la chanson de Granby, en plus de recevoir un Prix Miroir lors de la dernière édition du Festival d’été de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa bouille sympathique, son univers sonore éclaté et sa poésie à la fois absurde et plein de sens, la jeune Klô Pelgag ne cesse de charmer, elle qui a notamment réussi à séduire le jury des Prix Miroir du Festival d’été de Québec, qui a flanché devant la qualité de son écriture.

Remporter les honneurs est presque devenu une habitude pour Chloé Pelletier-Gagnon, notamment finaliste et lauréate de cinq prix au dernier Festival International de la chanson de Granby, qui cumule les victoires depuis trois ans.

« C’est toutes des surprises qui se dessinent tout le temps. J’ai fait beaucoup de concours, mais à chaque fois que je gagne, c’est comme Noël. On ne s’habitue jamais à ça », lance la jeune femme de 22 ans, originaire de Rivière-Ouelle, installée à Montréal.

Surprise

Récemment, le Prix Miroir « Célébration de la langue française » s’ajoutait à sa longue liste de succès. Le jury a craqué non seulement pour ses textes, mais aussi pour « sa personnalité riche, complexe, et la fabuleuse folie qui habite son spectacle ». Klô Pelgag rejoignait ainsi les Richard Desjardins, Plume Latraverse, Pierre Lapointe et Karkwa, qui ont aussi reçu cet honneur par le passé.

« C’était assez inattendu comme nouvelle. Parce que je ne savais premièrement pas que ça existait, vraiment. Et encore moins que j’étais susceptible d’avoir un prix au Festival d’été. C’était surprenant. C’est fou, parce que j’aime vraiment ça les surprises. Et ça, c’en était une des plus grosses dans ma vie », avoue-t-elle.

Les mots

Cette facilité de jouer avec les mots, cette tendance au surréalisme et à l’originalité, Chloé Pelletier-Gagnon l’a en elle depuis pratiquement toujours. Un talent qui se reflète dans ses compositions et même dans ses vidéos.

« J’ai essayé d’écrire une chanson super réaliste, pour qu’on comprenne tout le sens. Ça a donné la chanson Comme des rames, qui est finalement assez surréaliste, pouffe-t-elle. Je pense que ça fait partie de moi! »

Un album

Celle qui a participé à deux reprises aux Rencontres D’Astaffort, cet atelier d’écriture parrainé par Francis Cabrel, en France, compte maintenant étaler son talent sur son premier album, qui devrait se trouver sur les tablettes au printemps 2013.

« J’ai hâte là! Je me sens prête. Je sens que j’arrive à atteindre quelque chose qui me ressemble. Je prends mon temps pour que l’album que je vais faire me représente totalement. Je ne veux pas avoir des regrets par rapport à une chanson que j’aurai faite, juste parce qu’il en manquait une », explique celle qui a en poche un mini album intitulé EP paru en avril dernier.

Son frère en renfort

Pour y parvenir, Klô Pelgag s’entourera notamment de son frère, un multi-instrumentiste aux multiples talents qui gèrera les arrangements et de ses musiciens, qui la suivent fidèlement depuis trois ans, déjà.

« J’essaie de ne pas me limiter dans mes idées. Musicalement, il va y avoir deux aspects dans l’album. Quelque chose d’assez orchestral, très riche en arrangements, et un autre côté plus léger, plus intuitif, qui va représenter plus la manière que je travaillais au début », résume-t-elle.

En France

D’ici là, Klô Pelgag retournera de l’autre côté de l’océan, à l’automne. Elle sera aussi au Grand Théâtre de Québec, le 21 octobre. Sa chanson Comme des rames sera d’ailleurs le Single of the Week sur iTunes, cette semaine.

Commentaires