/sports
Navigation
Médailles olympiques

Tout commence avec la natation et l’athlétisme

natation
Photo Michael Dalder / REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES – Ils peuvent être vus comme des sports simples et spectaculaires à la fois, et en même temps des incontournables aux Jeux olympiques d’été.

Que ce soit au niveau des gradins ou de l’intérêt, rien ne bat l’athlétisme et la natation, deux disciplines qui décerneront le plus grand nombre de médailles avec 81 compétitions individuelles.

Courir le plus vite, lancer le plus loin et sauter le plus haut : c’est le sport le plus élémentaire qui soit.

Pour une troisième olympiade consécutive, cependant, les athlètes canadiens vont possiblement quitter le Stade olympique et le Centre aquatique avec des succès mitigés. Ce qui va donner un dur coup à l’objectif du Comité olympique canadien qui souhaitait voir le Canada terminer dans le top 12 des nations au classement des médailles.

Plus ce sera long avant d’obtenir du succès dans ces deux sports, plus ce sera difficile pour le Canada de devenir un pays dominant aux Jeux d’été.

«Pour être un leader dans les sports de haut calibre, comme la natation et l’athlétisme, il faut aligner toutes les structures entre elles, a indiqué Anne Merklinger, la présidente du programme «À nous le podium» lorsque rencontré par l’Agence QMI. Nous avons une collaboration étroite avec Natation Canada et Athlétisme Canada pour développer des programmes de performance notamment avec un groupe comprenant des espoirs de médailles qui pourraient nous permettre d’en gagner plus.»

Que ce soit à la piscine ou à la piste, le Canada a déjà été une nation productive. Avec 51 médailles en athlétisme et 40 en natation, ils sont les deux disciplines les plus couronnées au pays dans l'histoire des Jeux d’été.

Malheureusement, ces succès ressemblent de plus en plus à de l’histoire ancienne. À une époque pas si lointaine, nous étions reconnus comme une nation de sprinters avec Donovan Bailey et Ben Johnson (pour le meilleur et pour le pire). Le monde nous connaissait grâce à eux ?

Ou à la piscine où nous avions des nageurs comme Alex Baumann, Victor Davis et le chef de mission de cette année, Mark Tewksbury?

Depuis les Jeux de Sydney en 2000, le Canada a remporté une seule médaille dans chaque sport. Priscilla Lopes-Schliep a gagné le bronze au 110 mètres haies à Pékin, alors que Ryan Cochrane a également monté sur la troisième marche du podium au 1500 mètres style libre lors des mêmes Jeux.

À la piste, la médaille de Lopes-Schliep était la première depuis les Jeux d’Atlanta (1996) et l’athlète originaire de Whitby, en Ontario, n’est même pas à Londres cette année, puisqu’elle n’a pas été en mesure de se qualifier lors des Championnats canadiens présentés le mois dernier.

«Les Jeux d’été sont quelque peu différents de ceux d’hiver en terme de profondeur – le nombre de disciplines et le nombre de pays qui y participent -, a souligné Merklinger. Ç’a toujours été un défi pour le Canada. Avec les recommandations de financement et les efforts mis dans ces deux sports, nous notons une amélioration quant aux espoirs de podium.»

N’espérez pas trop pour ces Jeux, cependant.

Natation Canada s’est fixé un objectif de trois médailles, mais à trois jours de la fin des épreuves, c’est très optimiste. Cochrane devrait en gagner une autre au 1500 mètres en fin de semaine et ce ne serait pas surprenant qu’il améliore sa médaille de bronze cette année.

L’un des meilleurs nageurs canadiens au cours des six dernières années, Brent Hayden, est considéré comme l’un des favoris au 100 mètres libre plus tard cette semaine. À Pékin, il avait vécu une déception en ne se qualifiant pas pour la finale.

Plusieurs jeunes nageurs inscriront de nouvelles marques personnelles, mais elles se traduiront possiblement en résultats lors des Jeux de Rio en 2016.

En athlétisme, dont les compétitions commencent vendredi, les espoirs de médailles sont particulièrement minces. Le lanceur de poids Dylan Armstrong, qui a raté la médaille de bronze par quelques centimètres en Chine, a de bonnes chances alors qu’en heptathlon,  Jessica Zelinka pourrait se frayer un chemin jusqu’au podium.

L’entraîneur-chef d’Athlètisme Canada, Alex Gardiner, a raconté à l’Agence QMI lundi que son groupe souhaite remporter deux médailles tout en sachant que d’en gagner une est «une obligation.»

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.