/news/politics
Navigation

Batailles à trois en banlieue

Coup d'oeil sur cet article

la veille du déclenchement des élections, le Parti québécois détient une longueur d’avance dans les intentions de vote dans la couronne nord de Montréal, alors qu'une bataille se dessine entre le PQ et le PLQ sur la Rive-Sud.

Dans les banlieues nord, le parti de Pauline Marois y obtient 41 % des intentions de vote, contre 28 % pour la Coalition avenir Québec et 25 % pour les libéraux.

La CAQ, qui arrive bonne deuxième, fera tout pour entreprendre une remontée. Son chef, François Legault, mise beaucoup sur cette région. Il se présente dans la circonscription de L’Assomption, remportée en 2008 par le péquiste Scott McKay avec plus de 4 000 voix de majorité.

Benoît Charrette, un transfuge du PQ, cherchera à se faire réélire dans Deux-Montagnes et le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Gaétan Barrette, tentera de remporter Terrebonne, gagnée en 2008 par le PQ avec plus de 6 000 voix de majorité.

Bataille sur la couronne sud

Sur la Rive-Sud, l’avance du PQ s’étiole. Avec 38 % des intentions de vote, la bataille s’annonce rude avec les libéraux (36 %).

Pour le moment, la CAQ fait figure de troisième parti avec 20 % des intentions de vote. Le transfuge François Rebello, qui a quitté les rangs péquistes pour joindre la CAQ, tentera de remporter la nouvelle circonscription de Sanguinet, qui résulte d’une fusion de certaines parties de Huntington, de Châteauguay et de La Prairie.

Le candidat-vedette du Parti québécois Pierre Duchesne n’aura aucune difficulté à se faire élire dans le château-fort de Borduas, auparavant détenu par le député indépendant Pierre Curzi. La péquiste Monique Richard pourrait toutefois avoir de la difficulté à remporter la nouvelle circonscription de Montarville, qui regroupe Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville.

Commentaires