/sports
Navigation
JO | Soccer

Le Canada devra se méfier de la foule

RE_2012_07_28T152713Z_01_OLYJG116_RTRMDNP_3_OLY_SOCC_FBWSOC_FBW400F04
REUTERS La Canadienne Christine Sinclair.

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES — L’équipe féminine de soccer du Canada devrait peut-être considérer de prendre le train ou d’héler quelques taxis afin de se rendre à destination pour leur rencontre quart de finale prévu vendredi soir face à la formation hôtesse de la Grande-Bretagne.

 

Ici, il semble y avoir certaines entourloupettes.

L’autobus transportant lundi l’équipe brésilienne vers le Wembley Stadium à partir de ses quartiers situés à Cardiff, au Pays de Galles, est tombé en panne et les joueuses ont dû se soumettre à une «attente interminable». Celles-ci devaient affronter les Britanniques dans un match-clé du premier tour.

D’après le quotidien «Daily Telegraph», un autre autobus des Jeux de Londres 2012 a été dépêché sur place afin de cueillir les représentantes du Brésil, mais le conducteur du véhicule n’était pas autorisé à circuler dans les rues de la ville, de sorte que les athlètes ont dû attendre encore plus longtemps.

En raison de cette mésaventure, les Brésiliennes n’ont pas eu droit à leur entraînement habituel et elles ont subséquemment subi un revers de 1-0, mettant ainsi la table pour un duel Canada-Grande-Bretagne en quart de finale. L’entraîneur-chef des Sud-Américaines, Jorge Barcellos, a qualifié l’incident de «disgrâce». Certains responsables du pays ont pour leur part mentionné qu’il s’agissait d’un «sinistre plan» pour écarter leur équipe.

Alors, le Canada devrait-il se méfier de toute chose bizarre provenant des organisateurs des Jeux d’ici la partie de vendredi?

Probablement pas. La formation de l’unifolié est située à Coventry, à l’endroit-même où se déroulera le match face aux Britanniques. Ainsi, si l’autobus ne fonctionne pas, les joueuses peuvent toujours marcher ou faire de l’auto-stop.

En fait, elles devront surtout se méfier du soutien indéfectible de la foule à l’égard de l’équipe locale. Les organisateurs des Jeux s’attendent à une salle comble record de 32 609 spectateurs au Coventry Stadium et les gens présents aux différentes compétitions sont jusqu’ici bruyants et fiers, à la limite intimidants, lorsque vient le temps d’encourager les porte-couleurs de leur pays. La foule peut agir à titre de 12e homme pour le côté des Britanniques, classées au neuvième rang mondial (le Canada est septième).

«Nous voulons que l’endroit soit explosif», a mentionné l’entraîneur-chef des Anglaises, Hope Powell.

D’autre part, les Canadiennes considèrent Coventry comme leur domicile, car elles y ont joué deux fois déjà et elles ne sont pas préoccupées par les foules bruyantes.

«Je crois qu’une salle comble est formidable, vous vivez pour ce genre de chose en tant qu’athlète, a affirmé l’attaquante Melissa Tancredi. Cela importe peu de savoir qui le public appuie, en autant qu’il ne nous fait pas la vie trop dure.»

«Nous avons évolué devant des foules hostiles au Mexique, alors nous sommes passées par là, d’ajouter la native d’Ancaster, en Ontario. Nous formons une équipe expérimentée et je pense que nous allons bien composer avec cela.»

Les Canadiennes sont en bonne position. Elles ont entamé le tournoi avec une défaite de 2-1 contre les championnes mondiales en titre, les Japonaises, avant d’écraser l’Afrique du Sud 3-0.

Cependant, c’est le plus récent match qui a donné le plein de confiance à l’escouade canadienne, qui est revenue de l’arrière pour soutirer un verdict nul de 2-2 à la Suède, quatrième tête de série. Après avoir rapidement concédé une avance de 2-0 aux Européennes, le Canada n’a jamais abandonné et avec le bon support des joueuses en milieu de terrain et une solide défensive, Tancredi a marqué deux fois, incluant le but égalisateur juste avant la mi-temps.

«Elle est agressive, a indiqué Powell. Nous l’avons vue progresser au fil des ans. Nous connaissons ses forces et nous devrons jouer de façon à contrecarrer cela.»

Tancredi (4) et la capitaine Christine Sinclair (2) ont été des éléments importants pour le Canada, inscrivant tous les filets de leur troupe.

«Nous avons vu son talent et ses habiletés. En termes de défense, nous devrons être à point. Elle est une joueuse de qualité, mais nous respectons et nous reconnaissons cela», a conclu Powell au sujet de Sinclair.

 

Commentaires