/news/health
Navigation
Alzheimer

Les personnes atteintes manquent de ressources en hébergement

alzheimer
Shutterstock

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU – Quelque 120 000 Québécois souffrent de la maladie d'Alzheimer, une situation qui empire évidemment avec le vieillissement de la population. Mais les ressources pour héberger ces personnes manquent cruellement.

Les proches de Gérard Gaucher, qui est atteint de cette maladie, en savent quelque chose. Il a été admis à l'Hôpital du Haut-Richelieu il y a deux semaines parce que la propriétaire de la résidence privée où il demeurait depuis trois mois trouvait que sa situation s'était détériorée.

L'homme de 73 ans est demeuré aux urgences toute une journée et huit jours dans un corridor de l'unité de gériatrie, faute de chambre.

La propriétaire de la résidence privée où était hébergé M. Gaucher, Chantal Messier, dit qu'elle a fait tout ce qu'elle pouvait jusqu'à la dernière minute. Elle héberge sept résidants. Trois ont des problèmes légers de démence.

Le comportement de M. Gaucher rendait les autres résidants très anxieux. «Parfois, il y avait des périodes d'agressivité verbale», a relaté Mme Messier.

Elle est convaincue qu'en l'envoyant à l'hôpital, après voir demandé l'avis d'un médecin, le système de santé trouvera plus rapidement une nouvelle place d'hébergement. Le délai aurait probablement été de plus de trois semaines en n'alertant que le CLSC, soutient-elle. «Le seul outil qu'on a, c'est la porte d'entrée de l'urgence.»

Ce que réfute le CSSS. «La personne qui est en situation de danger à domicile – et la résidence privée inclut le domicile – cette personne-là va être même priorisée avant le départ de quelqu'un de l'hôpital», a affirmé Ginette Senez, du CSSS Haut-Richelieu-Rouville.

Le CSSS n'a pas pu dire combien de cas comme monsieur Gaucher sont en attente d'hébergement dans cette région. On sait seulement que 78 cas moins lourds que lui attendent une résidence de leur choix.

Monsieur Gaucher, qui a déjà été évalué durant deux mois à l'unité gériatrique le printemps dernier, pourrait y demeurer encore quelques semaines avant de savoir où il sera hébergé.

 

 

Commentaires