/news/currentevents
Navigation

Ça se poursuit au Vieux-Montréal

cégep vieux-montréal

Coup d'oeil sur cet article

Au terme d’un vote extrêmement serré, les étudiants du Cégep du Vieux-Montréal ont finalement reconduit la grève, tard hier soir.

Après cinq heures de débat et un recomptage, le vote s’est conclu par un score de 879 étudiants en faveur de la grève contre 861 contre, avec un taux de participation d’environ 25 %.

Il s’agit du deuxième établissement collégial qui choisit de reconduire la grève depuis le début des votes sur le prolongement du boycottage des cours.

Samedi dernier, le Cégep Saint-Laurent a aussi opté pour la poursuite de la grève, à condition qu’au moins 20 000 autres étudiants à travers la province continuent le boycottage.

Continuer jusqu’au bout

Les positions étaient nombreuses et contradictoires parmi les étudiants de l’établissement rencontrés par le Journal juste avant la tenue du vote.

Stéphanie distribuait des tracts de la CLASSE devant le cégep. Pour elle, le combat devait continuer. « La grève n’arrête pas, on continue jusqu’à la gratuité scolaire. C’est notre seul moyen de pression, on ne peut l’abandonner aussi facilement. Pour moi, c’est simple. L’éducation est un droit et non un luxe ».

Un carré vert

Un seul étudiant arborant un carré vert a été aperçu. Marc Paquin effectue un retour aux études après de longues années de service dans la marine canadienne.

Pour lui, le combat social contre la hausse est juste, mais son impact est trop large : « Je suis d’accord au point de vue social qu’une hausse n’a pas sa place, mais ce n’est pas intègre que cela se fasse sur le dos des autres ».

« Confus »

Entre les convaincus du clan des carrés rouges et ceux du carré vert se tenaient les étudiants ne sachant trop quoi penser.

Éric est étudiant en design intérieur. « J’étais clairement pour la grève au début, je suis contre le néo-libéralisme. Mais maintenant, je ne sais plus trop quoi penser, je m’inquiète pour mon sort personnel aussi. »

Les 6 900 étudiants du Cégep du Vieux-Montréal boycottent leurs cours depuis le 16 février.

 

Commentaires