/sports
Navigation
Londres 2012 | Retour au bercail

Beaucoup de fierté

Karine Sergerie, François Coulombe-Fortier, Sébastien Michaud et Alain Bernier
Karine Sergerie, François Coulombe-Fortier, Sébastien Michaud et Alain Bernier, l’entraîneur, sont revenus heureux mais fatigués.

Coup d'oeil sur cet article

Les trois athlètes québécois composant l’équipe nationale de taekwondo, Karine Sergerie, François Coulombe-Fortier et Sébastien Michaud, n’ont peut-être pas ramené de médailles des Jeux de Londres, mais foi d’Alain Bernier, l’entraîneur de la formation canadienne, l’objectif a été atteint.

« La phrase qui était mentionnée au départ par le Comité olympique canadien était de tout donner. C’est ce qu’on a fait et nous sommes fiers de ce que nous avons accompli. Juste d’être là, c’était déjà très sélect comme groupe », a raconté Bernier.

« Certains sports, il y a des dizaines de compétiteurs alors que nous, dans chacune de nos catégories de poids, il ne s’agissait que des 16 meilleurs », a fait remarquer Sébastien Michaud.

« Nous aurions souhaité des médailles, mais parfois, ce n’est que de la chance. Cette fois-ci, la chance était moins là, mais les performances étaient quand même bonnes », a soutenu Bernier.

Celui-ci a ajouté qu’il a toujours dit qu’il était possible de revenir avec une médaille, mais il a précisé que cela dépendait de la tournure de la bataille. « Chacun a ses avantages. Nous avons joué sur les nôtres, mais nous avons été désavantagés dans certaines confrontations très physiques », a spécifié le pilote du trio fleurdelisé.

Décisions à venir

Le taekwondo québécois pourrait bien prendre une débarque, car il n’est pas exclu que ces trois athlètes se retirent. Pour le moment, une décision sera à prendre.

« La pire chose à faire, c’est d’essayer de convaincre les athlètes. Le cycle de quatre ans est tellement long et l’entraînement est tellement exigeant qu’il faut qu’en dedans de toi, d’emblée, tu dois avoir envie de le faire. Motiver quelqu’un n’est pas la chose à faire. Il faut prendre du recul et du repos, a dit Bernier. Et c’est la même chose pour moi! »

Un sport en évolution

De l’avis des quatre voyageurs, le sport est en grande évolution et cela plaît bien aux principaux intéressés.

« L’ambiance était incroyable, les spectateurs aimaient vraiment ça, même pour nous les athlètes, c’était un bon show et les changements qu’ils ont apportés sont de superbes améliorations », a commenté Karine Sergerie.

Parmi ces changements, il faut souligner la touche à la tête qui valait désormais trois points.

« Les Jeux étaient super bien organisés. La dernière fois, c’était moins plaisant et les arbitres agissaient différemment. Cette fois, avec la reprise vidéo, les spectateurs ont aimé et ça a amené une pression sur les arbitres », a souligné Michaud, qui a été éliminé en raison d’un coûteux coup de pied à la tête.

Selon Bernier, la fédération de taekwondo a pris de bonnes décisions pour rendre le sport plus attrayant. « C’est beaucoup plus dynamique et le plastron électronique rend aussi une dimension d’égalité et de justice », a spécifié l’entraîneur-chef.

 

Commentaires