/news/politics
Navigation
PLQ | Sondage

« Voter pour la CAQ c’est voter PQ »

Gautrin
Photo Maxime Deland Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

En net recul dans les sondages, Jean Charest prie les Québécois de voter stratégiquement le 4 septembre. Selon lui, pour empêcher une victoire du Parti québécois, il faut voter pour le PLQ, non pas pour la CAQ.

« Dans la campagne actuelle, appuyer la CAQ, c’est appuyer Pauline Marois. Voter pour la CAQ, c’est voter pour le PQ, c’est une chose dont les Québécois devront tenir compte », a déclaré le premier ministre hier, en toute sécurité lors d’une conférence de presse sur le toit du Palais des congrès de Montréal.

Les électeurs risquent de se retrouver avec une bien mauvaise surprise au lendemain du scrutin s’ils décident d’appuyer François Legault, insiste-t-il. « Ils risquent d’encourager et de se retrouver avec Mme Marois et d’encourager un référendum », a-t-il prédit.

Relations

La chef du PQ n’a pas pris beaucoup de temps à répliquer. Selon elle, Jean Charest et François Legault ont beaucoup plus en commun, notamment au chapitre des relations avec Ottawa. Un vote pour la CAQ équivaut à un vote pour les libéraux, a-t-elle dit, à quelques pas de l’endroit où le premier ministre donnait sa conférence de presse. « M. Legault a clairement dit qu’il voterait non à un référendum, alors je ne vois pas comment quelqu’un qui voterait non à un référendum peut être considéré comme un souverainiste », a noté Pauline Marois.

Engagements

Après avoir annoncé 295 millions d’argent neuf pour Québec plus tôt cette semaine, le premier ministre a également présenté hier ses engagements pour la métropole.

Un gouvernement libéral investirait 500 millions à Montréal au cours des cinq prochaines années. La majeure partie de cette somme — 325 millions — serait consacrée à la modernisation des stations de métro. Un total de 468 nouvelles voitures de métro doivent faire leur apparition progressivement à compter de 2014.

Le chef libéral s’engage également à augmenter significativement — 300 km additionnels — l’espace réservé aux autobus, aux taxis et aux véhicules de covoiturage sur les axes routiers montréalais.

Les organisateurs du 375e anniversaire de la fondation de Montréal verraient aussi leur budget gonflé sous un gouvernement libéral. Jean Charest veut faire passer l’enveloppe budgétaire de 125 à 180 millions.

 

Commentaires