/travel/outdoors
Navigation
drÔles d’oiseaux

Des goélands marins et les enfants

Coup d'oeil sur cet article

Durant notre déplacement le long du fleuve Saint-Laurent, en route vers la Gaspésie, les enfants ne cessent de s’émerveiller en observant de si beaux paysages. Puis il y a ces majestueuses voltiges d’un géant des airs : le goéland marin ou, comme le nomment également leurs livres : le goéland à manteau noir.

Après plusieurs heures, qui leur ont paru interminables, nous nous arrêtons finalement à proximité d’une colonie d’oiseaux marins. Les impressionnants colosses, avec leur envergure d’environ 165 cm (5 pi 6 po) sont loin d’être seuls. Alors, il faut expliquer pourquoi le malin volatile préfère fréquenter des lieux particulièrement populaires auprès de la faune ailée.

UNE LEÇON DE VIE

Compétitifs, nos jeunes « connaisseurs » décrivent diverses espèces de canards, puis ils nomment d’autres familles d’adeptes des vents maritimes avant de se concentrer sur celui qui évoque si bien la mer et les vacances.

Mais, le véritable tempérament de ce grand glouton commence à les étonner. Ils en voient qui s’attaquent à tout ce qui leur semble comestible, mort, vivant et même à des restes de poissons avariés. Rien ne les rebute, un œuf dans un nid voisin, un nouveau-né fragile et un jeune de leur propre espèce laissé sans surveillance par ses parents ou une gardienne.

Comme le mentionnent certaines émissions télévisées, le spectacle comporte de scènes de violence pouvant ne pas convenir à certains publics.

Alors il convient d’intervenir et d’expliquer que ce lieu a d’abord été choisi en raison de son isolement pour mieux protéger les petits des dangereux prédateurs comme le renard ou le raton-laveur, mais également pour qu’en cet endroit si dégagé rien n’échappe au goéland, surtout pas une occasion de s’offrir un repas gratuit. Bientôt apparaîtront trois œufs que les parents vont couver durant quatre semaines avant de les initier à la vie.

Au retour, comme il était agréable d’entendre les enfants raconter leur émerveillement des rencontres avec les oiseaux des vacances.

Commentaires