/lifestyle/health
Navigation
Santé

Arguments de poids

Arguments de poids
photo fotolia Près de 400 000 Québécois souffrent d’obésité morbide, un phénomène qui attire invariablement vers eux d’autres graves maladies.

Coup d'oeil sur cet article

On a parlé de poids ces ­derniers temps dans le cadre de la campagne électorale. Trop peu cependant, car c’est un problème qui pèse lourd sur le ­système de santé québécois comme partout ailleurs dans le monde. Un problème, comme la dette, en croissance continue, dont la gravité est désormais inouïe...

Connaissez-vous la gravité ? C’est elle, par exemple, qui fait en sorte que les planètes se maintiennent en orbite autour du soleil, dont la masse est très importante. Un phénomène auquel peut être comparé celui de l’obésité morbide. Ceux qui en souffrent ont atteint une telle masse qu’ils attirent invariablement vers eux de graves maladies.

L’obésité morbide signifie qu’une ou des maladies sont reliées à cet excès de poids comme le diabète, l’hypertension, les maladies coronariennes, l’arthrose ou le cancer pour ne nommer que celles-ci. Un état auquel s’ajoute la souffrance psychologique, et pour plusieurs, la détresse.

OBÈSES MORBIDES

On qualifie d’obèses morbides ceux dont l’indice de masse corporelle (IMC) est égal ou supérieur à 40. Cet indice s’obtient en divisant le poids en kilos par la taille en mètre au carré. À titre d’exemple : si votre poids est de 80 kilos (176 livres) et que vous mesurez 1 mètre 70 (5 pieds et 7 pouces), le calcul s’exprime comme suit : 80 ÷ (1,70 x 1,70) ou, 80 ÷/ 2,89, ce qui donne un IMC de 27,7. Vous souffrez d’embonpoint, car pour avoir un poids qualifié de normal, celui-ci devrait correspondre à un IMC maximal de 25 donc, de 72 kg (159 livres).

Toujours en fonction de la même taille, si votre poids dépassait 115 kilos (254 livres) vous seriez qualifié d’obèse morbide. À plus de 159 kilos (350 livres), vous compteriez parmi les « super obèses morbides ». Dans les deux cas, votre avenir risquerait fort de ne pas être aussi long que vous l’espériez, et vous consacreriez probablement une partie de celui-ci à visiter des spécialistes de la santé... Malheureusement, des centaines de milliers de Québécois sont dans cette situation.

Commentaires