/sports/others
Navigation
MARATHON DES DEUX RIVES

Pas de tempête en vue

Denis Therrien
© Photo Piel Côté Denis Therrien et les médailles lumineuses qu’il offrira à chacun des participants qui terminera son épreuve.

Coup d'oeil sur cet article

Après le passage de la tempête tropicale Irène et l’annulation du Marathon des Deux Rives, l’organisme Courir à Québec a repris le collier et les responsables ont organisé ce qui, à moins d’une suite de pépins de dernière minute, sera un beau retour.

Cité parmi les dix plus beaux marathons du monde par les magazines Running Attitude et par Runner’s World, le Marathon des Deux Rives, qui se tiendra le 26 août, s’offre donc un record, avec près de 11 500 coureurs, dont environ 1 500 athlètes pour l’épreuve-reine, longue de 42 195 kilomètres.

« C’est dur de savoir si Irène a un impact après l’annulation du marathon de l’an dernier, mais je peux vous dire une chose, il y a beaucoup plus de coureurs qui proviennent de la catégorie autre pays », a soutenu Denis Therrien, directeur général de Courir à Québec.

Les statistiques sont établies pour le Québec, la France, le Canada et les autres pays et les inscriptions provenant de cette dernière catégorie ont explosé.

« Du Mexique, du Brésil, d’Afrique du Sud, il y a presque 30 pays différents et on voit des groupes importants. »

Équipe de canards

Therrien a garanti que ses collaborateurs qui travaillent actuellement à la préparation finale sont comme de petits canards. « Au-dessus de l’eau, ils ont l’air bien calmes, mais en dessous, ça pédale en sacrifice! »

Comme à chaque année, Therrien a eu son lot d’imprévus, des bénévoles qui quittent le navire ou un fournisseur qui ne peut livrer son produit, mais ce n’est pas assez pour énerver l’expérimenté Therrien.

« Je ne me suis jamais senti stressé avec ça. Je prends les problèmes un à la fois et on trouve des solutions », a relativisé celui qui explique diviser chaque portion de son évènement en trois catégories, le souhaitable, l’utile et l’essentiel.

« Avoir des gradins à l’arrivée est souhaitable, par exemple. Ça va améliorer l’ambiance et c’est plus beau, mais ce n’est pas utile à la course. Chacun des problèmes est classifié et on trouve des solutions relatives à l’importance de chaque pépin qui se présente à nous. »

La sécurité est essentielle

Denis Therrien a également mentionné que la sécurité était la priorité absolue. « Si nous sommes dans l’emballage du marathon, on peut faire des compromis, mais la sécurité est fondamentale », a-t-il dit.

C’est d’ailleurs pour cette raison que Therrien a décidé d’annuler le marathon 2011. « Il fallait assurer la sécurité des participants, mais également des bénévoles. Imaginez-vous si un objet volant non identifié, transporté par le vent, blesse sérieusement quelqu’un et que celui-ci se retrouve à l’hôpital? Nous aurions passé pour des imbéciles, car la tempête était annoncée », a dit celui qui espère trouver le soleil sur sa route, dimanche prochain.

Commentaires