/sports/hockey
Navigation
LNH | Négociations

«Il n'y a pas de temps à perdre», dit Bob Hartley

hartley
Photo Todd Korol / Reuters L'entraineur-chef des Flames de Calgary, Bob Hartley

Coup d'oeil sur cet article

Pour le nouvel entraîneur des Flames de Calgary, Bob Hartley, le spectre d'un conflit de travail et les négociations entre la Ligue nationale de hockey (LNH) et l'Association des joueurs (AJLNH) n'ont rien changé.

La préparation en vue de la prochaine campagne se déroule comme si le camp d'entraînement et la saison allaient se mettre en branle comme prévu.

«De notre côté, nous devons nous préparer comme si le camp commençait le 21 septembre, a indiqué Hartley lors d'une entrevue à l'émission Le Match de l'été, vendredi, sur les ondes de la chaîne TVA Sports. Il n'y a pas de temps à perdre. Pour le reste, nous recevons les nouvelles un peu comme tout le monde.»

Professionnalisme et préparation

Reconnu pour sa minutieuse préparation, l'entraîneur des Flames ne se laisse pas déranger par le climat d'incertitude qui règne en ce moment dans le monde du hockey. Le professionnalisme et la rigueur de Hartley se font déjà sentir au sein de la formation albertaine.

«Il y a beaucoup de spéculations et personne n'a de boule de cristal, a dit Hartley. Personne ne peut savoir ce qui arrivera dans les prochains jours ou les prochaines semaines. D'un autre côté, les joueurs doivent s'entraîner comme si les camps allaient commencer en septembre. Pour les entraîneurs, il faut aussi nous préparer. Souvent, la réussite des équipes passe par la préparation, alors il faut faire comme d'habitude.»

Comme toutes les autres organisations de la LNH, celle des Flames doit composer avec la possibilité d'un lock-out. Et si les joueurs et les entraîneurs se préparent comme prévu, tous les membres de l'organisation des Flames ont emboîté le pas.

«On garde confiance et on va être prêts, a poursuivi le pilote des Flames. Tout le monde met les bouchées doubles, que ce soit les préposés à l'équipement ou notre préparateur physique, qui travaille déjà avec certains joueurs.

«Il y a beaucoup de travail qui se fait à l'intérieur du Saddledome, alors je crois que les gens sont optimistes. La saison de hockey s'en vient et on doit se préparer. Je ne pense pas que les négociations soient une distraction pour personne autour de l'organisation.»

Selon l'entraîneur, personne ne lui a indiqué d'appuyer sur le frein et de se préparer en fonction d'un conflit de travail. Raison de plus pour ne pas y prêter attention.

«De toute façon, Jacques Cloutier, Martin Gélinas et moi-même en sommes à notre première saison ici, alors c'est important pour nous d'être prêts. C'est la responsabilité d'une organisation d'être prête, alors tout se déroule comme si la saison allait s'entamer comme prévu.»

Un style bien défini

Lorsque les amateurs ont appris que le fougueux attaquant Steve Bégin allait participer au camp d'entraînement des Flames, plusieurs y ont vu l'empreinte du nouvel entraîneur. Ils ne s'étaient pas trompés.

«J'ai toujours adoré Bégin, a affirmé Hartley. Je suis celui qui a appelé Steve en premier pour connaître son intérêt vis-à-vis des Flames. J'ai été le voir patiner à Laval il y a quelques semaines et j'ai fait quelques tests avec un chronomètre. J'ai fait part de ses résultats à l'organisation et nous avons contacté son agent.

«Bégin sera à notre camp d'entraînement et je peux dire une chose : je suis très content, a poursuivi l'entraîneur. C'est un gars de coeur, un gars d'intensité : exactement le genre de joueur que je recherche. Il aura la chance de faire ses preuves comme tout le monde.»

Sous la tutelle d'un homme d'expérience comme Hartley, qui a déjà la confiance du directeur général Jay Feaster, son ami de longue date, les Flames risquent de présenter un tout nouveau visage l'année prochaine.

Hartley s'est d'ailleurs fait un devoir de créer le plus rapidement possible un dialogue avec ses joueurs. Il a d'ailleurs peiné à cacher son enthousiasme en vue de la prochaine campagne.

«C'est certain que j'aime [mon équipe], s'est exclamé Hartley. J'ai déjà parlé à tous mes joueurs au téléphone et j'en ai rencontré quelques-uns en tête-à-tête. Au fur et à mesure qu'ils arriveront à Calgary, on va s'asseoir ensemble parce que je veux apprendre à les connaître. Je veux qu'on connaisse une bonne saison et qu'on participe aux séries éliminatoires.»

 

Commentaires