/lifestyle/health
Navigation
Santé

À vos boutons !

À vos boutons !
photo fotolia Parce que leur peau est plus huileuse, les garçons lutteront plus avec les boutons, pendant leur adolescence, que les filles.

Coup d'oeil sur cet article

Virtuoses avec les boutons de leurs appareils mobiles, ils n’ont qu’à appuyer sur un bouton pour que le monde leur appartienne. Toutefois, à cause de quelques boutons, plusieurs sont désespérés à l’idée de placer leur photo sur Facebook !

L’acné dite « vulgaire » est la forme la plus répandue et elle affecte surtout les adolescents et les jeunes adultes. Le mot acné, issu du grec « akhnê », signifie « efflorescence ».

Une petite maladie, mais la source d’un grand désarroi pour nombre de ceux qui en sont atteints...

LE DÉCLENCHEUR

La source est hormonale : la production de sébum est accrue sous l’action des hormones androgènes à l’adolescence, lors de la puberté. Pendant cette période, l’organisme sécrète en abondance cette substance grasse, comme une huile, qu’est le sébum. Plusieurs adolescents ont trop de cellules cutanées « graisseuses » et chez ceux affectés d’acné, ces cellules se mélangent à l’huile et obstruent les pores de la peau, provoquant une multiplication des bactéries dans les follicules pileux et la formation de boutons rouges, parfois purulents. Les premiers boutons apparaissent vers 13 ans chez les filles et 15 ans chez les garçons.

FORMES D’ACNÉ

Un point blanc se forme lorsque du sébum et des cellules de peau se trouvent captifs dans le follicule. Si cette inflammation rejoint la surface de la peau et devient en contact avec l’air, elle se solde en points noirs qui ne sont pas causés par la saleté. Si la paroi du follicule se brise, l’inflammation donnera un gonflement rouge. Si la paroi du follicule se brise près de la surface de la peau, le gonflement deviendra un bouton. Si la paroi éclate plus profondément dans la peau, des nodules acnéiques ou kystes se formeront. C’est ce qu’on appelle l’acné kystique. C’est ce type d’acné qui laissera, le cas échéant, des cicatrices.

N’importe qui peut avoir de l’acné. Ainsi, 50 % des jeunes filles en sont atteintes et, parce que leur peau est plus huileuse, près de 75 % des garçons lutteront contre les boutons. Les facteurs héréditaires entrent également en jeu. Si l’un des parents a été victime d’une acné sévère, il se peut que ce soit également le cas de son adolescent en croissance. Le système immunitaire exerce également un rôle important. Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres aux bactéries captives des follicules pileux, ce qui pourra être la source d’une acné sévère.

Ne sous-estimez pas les troubles psychiques et sociaux pourtant bien démontrés chez ceux qui se sentent stigmatisés par l’acné et ses conséquences. Si vous avez un adolescent qui en souffre sévèrement, n’hésitez pas à consulter votre médecin de famille. Des traitements spécialisés peuvent être envisagés.

 

Commentaires