/sports/others
Navigation
MARATHON DES DEUX RIVES

Omwenga triomphe dans la chaleur

marathon 2 rives
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Thomas Omwenga, d’origine kényane mais établi à Winnipeg, a aisément triomphé au Marathon des Deux Rives dans une chaleur accablante, devançant un Anglais et un Colombien d’origine.

Omwenga a mené tout au long de la course. À mi-parcours, il possédait une avance de 118 secondes sur l’Anglais Huw Lobb, mais l’éventuel vainqueur a ouvert la machine entre les 21e et 31e kilomètres, si bien qu’il a pu profiter d’un coussin de plus de six minutes sur le Londonien.

Une course « en solo »

Omwenga a finalement franchi le fil d’arrivée après 2 h 28 min 37 s d’efforts, suivi de Lobb, qui a mis 2 h 37 min 37 s.

Le troisième à compléter l’épreuve a été Johann-Alexander Salazar. Ce dernier, installé à Sainte-Foy depuis deux ans et demi, est originaire de la Colombie et il a conclu son parcours en 2 h 39 min 45 s.

Il a d’ailleurs salué la performance d’Omwenga. « Il a fait une course en solo. Il a mené dès le départ et c’est un bon coureur », a dit Salazar.

Le meilleur Québécois

Le meilleur Québécois était visiblement heureux de sa prestation du jour. Bien qu’ayant fini deuxième en 2010 à cette épreuve, il a tenu à souligner que le calibre était plus relevé qu’à sa première présence, en 2010.

« En 2010, j’avais eu des crampes, alors que cette fois, j’ai fini avec mes jambes », a dit celui qui en était seulement à son troisième marathon.

Détenteur d’un temps de 1 h 16 min 2 s dans la première demie, Salazar a regretté son départ rapide. « Si je m’étais économisé sur la première moitié, j’aurais pu améliorer mon temps global », a dit le troisième, qui a dû se contenter de 1 h 23 min sur les 21,1 derniers kilomètres.

« Ç’a bien été jusqu’au 25e kilomètre. Après le pont de Québec, le soleil tapait fort et même si on avait un vent de dos, c’était très difficile. »

Maryse Nault ne peut tenir

Du côté des dames, Anne Jelagat Kibor, d’origine kényane elle aussi, a remporté la course en décrochant la Québécoise Maryse Nault sur le pont de Québec.

Jelagat Kibor a réussi un chrono de 2 h 53 min 40 s. Elle a devancé Nault, de Victoriaville, par 3 minutes et 33 secondes.

« Je pensais rouler plus vite sur la deuxième moitié, a soutenu Nault, mais la chaleur a changé les choses. »

Selon Nault, la portion sur le boulevard Champlain a été plus difficile. « La Kényane avait l’air fatiguée, mais il lui restait du jus et, finalement, je n’ai pas été capable de la suivre », a-t-elle expliqué.

« J’ai peut-être eu un départ trop rapide, mais l’autre fille était bonne aussi », a-t-elle reconnu.

La fin de la saison pour Therrien

Pour Denis Therrien, directeur général de Courir à Québec, qui organise le Marathon des Deux Rives, c’est la fin de la saison des courses.

« Ça boucle la saison, maintenant on va prendre un peu de repos », a-t-il lancé, rieur.

Avant le repos, Therrien a toutefois reconnu avoir eu une belle année, surtout avec un record de participation au Marathon des Deux Rives, incluant toutes les activités du week-end.

Ce qui le rend le plus fier dans la tenue du marathon qui avait lieu hier est cependant l’implication des nombreux bénévoles.

« Il y avait plus de 2 000 bénévoles et certains étaient sur place ce matin [hier matin] à compter de 3 h 30 et d’autres ont travaillé toute la journée de samedi pour assurer le montage », a-t-il louangé.

 

Sur le même sujet
Commentaires