/news/politics
Navigation
Trois-Rivières

Benhabib se réjouit

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Après une longue soirée de suspense mardi, la circonscription de Trois-Rivières est allée à Danielle St-Armand du parti libéral, au détriment de la candidate vedette du Parti québécois, Djemila Benhabib. En point de presse mercredi, Mme Benhabib a choisi de parler de la victoire de sa chef, Pauline Marois, plutôt que de s’attarder à sa propre défaite.

Pour cette défenderesse des droits des femmes, d’origine algérienne, qui est arrivée au pays il y a 15 ans, l’accession au pouvoir d’une femme a une résonnance particulière. «Si ce n’était du rêve de voir un jour une femme devenir première ministre du Québec, je ne me serais peut-être jamais lancé dans cette campagne électorale, a-t-elle déclaré. C’est un bout de rêve qui s’est réalisé hier soir.»

Montagne russe d’émotions au Parti québécois

La candidate du Parti québécois a été en tête durant une bonne partie de la soirée des élections, détenant même une avance d’environ 450 votes à un certain moment, au grand plaisir des partisans péquistes réunis dans une salle de réception. Une douche froide s’est toutefois abattue sur la foule lorsque son avance a fondu comme neige au soleil, tard dans la soirée.

Parachutée dans Trois-Rivières quelques jours avant le début de la campagne électorale, la résidante de Gatineau avait promis de s’établir en Mauricie. Celle-ci compte respecter son engagement.

«Les électeurs et électrices ont fait leur choix et je le respecte. Je félicite la candidate libérale pour sa victoire. J’avais pris un engagement de m’installer à Trois-Rivières et je m’y installerai. Et je n’ai pas dit mon dernier mot. C’était une expérience humaine formidable et je pense qu’il y a énormément de choses à faire à Trois-Rivières. J’y contribuerai à ma façon», a-t-elle dit en entrevue.

Victoire inespérée

La candidate libérale,Danielle St-Amand, a fait mentir les pronostics et les sondages qui la donnaient deuxième derrière Djemila Benhabib. Contre toute attente, elle a même obtenu davantage de voix d’avance qu’en 2008, lorsqu’elle avait battu l’adéquiste Sébastien Proulx.

La députée se disait «soulagée» des résultats du scrutin, qui sont arrivés très tard. «C’est le même scénario qu’en 2008, a-t-elle fait remarquer. Le dépouillement des urnes du vote par anticipation est venu vers la fin. On savait qu’on avait des votes importants là.»

Tout au long de la campagne, plusieurs sondages l’avaient placée deuxième derrière Djemila Benhabib. En outre, Mme St-Amand était un peu restée dans l’ombre de la couverture médiatique d’envergure nationale dont avait bénéficié sa rivale péquiste.

La libérale poursuivra le travail effectué au cours des quatre dernières années. Un seul changement, et pas le moindre : elle sera désormais du côté de l’opposition officielle. «C’est nouveau pour moi. Mais moi je suis une fille d’harmonie. Je m’entends assez bien avec tout le monde à l’Assemblée nationale. Je suis confiante.»

Commentaires