/news/currentevents
Navigation
Richard Bain

Un arsenal à domicile

Le meurtrier présumé possédait 22 armes, toutes enregistrées sauf une

Coup d'oeil sur cet article

C’est un véritable arsenal acquis presque entièrement légalement que possédait Richard Bain. Sur les 22 qu’il possédait, il s’était rendu à Montréal avec cinq d’entre elles, avant de faire irruption au Métropolis armé d’un fusil automatique Ceska Zbrojovka et d’un pistolet Beretta 9mm Luger.

La nouvelle a été dévoilée hier, alors que l’homme de 61 ans a comparu au palais de justice pour répondre à 16 accusations, dont celle pour meurtre au premier degré sur le technicien Denis Blanchette.

Menotté et flanqué de trois agents des services correctionnels, Blain a comparu en anglais. À son arrivée dans une salle sécurisée du palais de justice, il a jeté quelques regards dans l’audience avant de brièvement s’entretenir avec son avocate de l’aide juridique, Me Elfriede Duclervil.

Nombreuses accusations

Vêtu d’un t-shirt blanc et d’un pantalon bleu, il portait un pansement sur le bras droit et son bracelet d’hôpital de la veille, alors qu’il avait été emmené à l’hôpital Royal Victoria pour une évaluation médicale.

En plus de l’accusation de meurtre, il est accusé d’avoir tenté de tuer trois personnes. Il s’agit du technicien Dave Courage, d’un témoin civil et du sergent-détective de la Sûreté du Québec qui l’avait arrêté.

Bain est également accusé d’avoir incendié le Métropolis, de possession de bidons d’essence et de fusées routières, ainsi que de neuf chefs concernant l’usage illégal d’armes à feu.

Aucune accusation concernant la classe politique, dont la première ministre Pauline Marois, n’a encore été déposée.

« L’enquête est en cours, nous allons prendre des décisions au cours des prochains jours à savoir si des accusations supplémentaires devront être portées », a fait savoir Me Éliane B. Perreault de la Couronne.

Arsenal enregistré

L’accusé n’a cependant enregistré aucun plaidoyer lors de sa brève comparution devant le juge Pierre Labelle.

Mais si Bain possédait un arsenal impressionnant, ses armes étaient toutes enregistrées, à l’exception d’un magnum .357. Cette arme, il l’avait laissée chez lui avant de se rendre au Métropolis selon la preuve recueillie par les policiers.

Selon nos informations, 17 armes avaient été trouvées dans une cache, dissimulée dans le plafond de son domicile à La Conception. Parmi elles figure un fusil semi-automatique Long Rifle de calibre .22. C’est un voisin qui aurait aidé les policiers à la trouver.

Parmi les cinq armes qu’il avait apportées à Montréal, on compte un pistolet 9mm et la carabine de marque Ceska Zbrojovka. C’est cette arme qui lui aurait servi à commettre le crime. Il n’aurait tiré qu’une seule balle, transperçant Denis Blanchette au thorax avant d’atteindre Dave Courage. Bain aurait ensuite déclenché un incendie au Métropolis.

Pour l’instant, la défense et la Couronne n’ont pas demandé d’évaluation psychiatrique de l’accusé, pour déterminer son aptitude à comparaître ou sur sa responsabilité criminelle. Il reviendra à la Cour le 11 octobre prochain pour la suite des procédures.

Denis
Blanchette
Victime décédée

Dave Courage
Victime blessée
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.