/news
Navigation
Parc Jarry

Une passerelle désaffectée sera finalement démolie

Travaux
Photo Jocelyn Malette / Agence QMI «La démolition demeure la meilleure option», estime Ève Carle, porte-parole à la Ville.

Coup d'oeil sur cet article

Cinq ans après la fermeture d’une passerelle piétonnière jugée dangereuse enjambant une voie ferrée aux abords du parc Jarry, la Ville de Montréal va finalement la démolir au cours des prochaines semaines.

D’une valeur de 172 002,60 $, le contrat octroyé à la compagnie Robert Lapointe Transport Inc. stipule que la structure sera complètement rasée. «La démolition demeure la meilleure option, estime Ève Carle, porte-parole à la Ville. Cette structure est non-fonctionnelle et son indice d’état est critique. Ça en fera une de moins.»

Même si elle était condamnée depuis 2007 alors qu’on avait détruit l’escalier lui donnant accès sur la rue Saint-Roch, la passerelle de béton était toujours entretenue par la Ville. Le but était d’assurer la sécurité aux alentours, où se trouve notamment une école primaire.

Des passages à niveau au sud et au nord de cette zone avaient été aménagés par la suite pour permettre aux citoyens d’accéder au parc en traversant de façon sécuritaire la voie ferrée appartenant au Canadien Pacifique.

Construite en 1966 pour relier le quartier Parc-Extension et le parc Jarry par l’entremise de la rue Saint-Roch, elle donnait accès au stade Jarry, où ont joué les Expos de Montréal jusqu’en 1976. Celui-ci a été reconverti en stade de tennis où s’affrontent chaque année les meilleurs athlètes du monde, lors de la Coupe Rogers.

La passerelle fait désormais peine à voir. Des morceaux de béton disparus laissent entrevoir le squelette d’acier et les coulisses de rouille sont nombreuses.

La passerelle n'avait pas été complètement démolie à l'époque puisque la Ville souhaitait «bien évaluer les différents scénarios et les différentes priorités» relativement à ce dossier, selon Mme Carle.

 

Commentaires