/news/currentevents
Navigation
enquête

Ces hommes qui veulent louer une fille sexy

Notre journaliste a infiltré un monde où des millionnaires québécois utilisent leur fortune pour avoir à leur portée une jeune femme prête à tout pour vivre une vie de princesse

Coup d'oeil sur cet article

Des hommes qui offrent 500 $ pour chaque relation sexuelle. Un homme qui voulait « tester la marchandise » avant de décider s’il voulait prendre un « arrangement » à moyen terme. Et un autre, qui a retrouvé sa libido d’adolescent et qui veut avoir des relations sexuelles avec de jeunes et belles femmes.

Pendant plusieurs mois, notre journaliste Isabelle Verge s’est mise dans le rôle d’une Sugar Baby, et a rencontré six Québécois riches qui sont prêts à payer des filles sexy pour leur amitié... et plus.

La journaliste s’est inscrite sur le site de rencontre seekingarrangement.com afin de savoir ce qui se dit et se fait réellement pendant ces rendez-vous. Prostitution ? La plupart du temps.

Le Journal a créé le profil de Lady V (Valérie), une jeune femme de 24 ans, qui fait du mannequinat pendant ses études en histoire de l’art.

En plus de préciser qu’elle voulait vivre dans un endroit spacieux et qu’elle voulait voyager, Lady V demande un montant entre 3 000 $ et 5 000 $ par mois pour un arrangement, les choix allant de moins de 1000 $, à plus de 20 000 $ par mois.

En 24 heures, sans aucune sollicitation, Lady V a reçu plus de 20 messages privés, et son profil a été vu plus de 150 fois. C’est avec un total de plus de 280 messages d’hommes différents et un profil vu plus de 1 400 fois que le dossier s’est clos.

Propositions indécentes

En utilisant des caméras cachées, notre journaliste s’est rendue à six rendez-vous avec des hommes différents, pour un diner ou un verre. Deux d’entre eux ont offert 500 $ pour chaque relation sexuelle, à raison d’une à deux fois par semaine.

L’un d’eux a même précisé que quelques heures avant une rencontre sexuelle, qui aurait lieu dans un motel proche de son travail, la demoiselle ne devrait pas manger d’ail, ni d’oignon, ni d’autres aliments dégageant une forte odeur. Elle devait se laver avant de venir, ne porter ni parfum, ni maquillage et l’avertir lors de la période menstruelle, afin de remettre le rendez-vous à plus tard.

Deux autres ont offert de l’argent par mois pour la fréquenter. L’un d’eux a précisé qu’il désirait créer une « intimité » avec elle, faire des activités, aller au restaurant, etc. Il donnait 4 000 $ par mois. L’autre, un peu moins nanti, offrait 1 200 $, tout en mentionnant qu’il voulait du « wild sex ».

Le nombre d’abonnés ne cesse d’augmenter, particulièrement au Québec. Plus de 1 500 hommes et 11 000 femmes de la région de Montréal se sont inscrits sur ce site international, qui existe depuis 2005 et qui est disponible en français depuis mai.

Bien que seekingarrangement.com ne soit pas le seul site dans le genre, il est sans doute l’un des plus populaires à travers le monde.

Les hommes sont parfois mariés, d’autres fois divorcés ou célibataires, et ont entre 30 et 70 ans. Les filles, elles, doivent spécifier leurs attentes monétaires. Certaines veulent que Monsieur paye le loyer, d’autres exigent des sorties, des vêtements, mais surtout de l’argent.

Une des surprises a été de constater le nombre d’hommes de l’extérieur du Canada qui ont écrit à Lady V. De l’Australie, à Dubaï, en passant par les États-Unis et par l’Europe, tous l’ont rassurée sur leur intention de la gâter et sur leur désir qu’elle vienne les rejoindre.

Quelques-uns ont aussi affirmé à Valérie qu’ils allaient la gâter bien avant de la rencontrer, pour prouver leur bonne foi et leur engagement envers elle.

Légal ?

Selon le Service de police de la Ville de Montréal, il n’y a effectivement rien d’illégal dans cet échange de bons procédés entre adultes majeurs et vaccinés.

Pour Me Raynald Beaudry, avocat spécialisé en droit criminel, le site en soi n’a rien d’illégal. Par contre, la sollicitation, quant à elle, l’est. En vertu de l’article 213 du Code criminel, le fait de communiquer ou de tenter de communiquer dans un lieu public ou à la vue du public avec une autre personne dans le but d’obtenir des services sexuels en échange d’une rémunération est illégal.

Pendant trois jours, nous vous présenterons les profils des six hommes que notre journaliste a rencontrés, et révélerons ce qu’ils lui ont dit, et offert. Vous pourrez aussi lire la réaction de ceux-ci, quand, confrontés par la journaliste, ils ont compris qu’ils s’étaient fait prendre la main dans le sac.


Un rabais pour les étudiantes

Selon les données fournies par la compagnie, qui offre un statut privilège d’une valeur de 20 $ par mois à celles qui utilisent leur adresse internet universitaire, le tiers des jeunes femmes qui fréquentent le site sont étudiantes à l’université. Au Canada, l’Université de Toronto arrive au deuxième rang, avec 471 filles inscrites. Au 16e rang, on retrouve l’Université McGill, où 181 étudiantes fréquenteraient le site. « Nous les aidons à payer leurs études et donc à atteindre leur but, réaliser leurs rêves », explique Brandon Wade, fondateur du site.


Exemple de messages envoyés à notre journaliste

► Comment vas-tu ? Tu as l’air d’une bonne fille et j’espère que ça ne te dérange pas si je te dis que tu es belle aussi. :). J’aimerais mieux te connaître et si ça « click » tu pourrais peut-être venir en Australie ? Ou peut-être qu’on se rencontrera aux Îles Fiji ? :).

► Salut, je suis présentement à Montréal. Je vais y être pour les deux prochains mois. J’aime ton style et ton profil. Je vais aller directement au but et te dire ce que j’ai en tête. Es-tu intéressée à commencer quelque chose de différent ? Une relation sans drame où on se voit une fois par semaine pour du bon temps dans le lit et hors du lit. En retour, je te donnerai 3000 $ par mois. Si les choses vont bien entre nous, on pourrait avoir une relation à long terme, voyager ensemble dans de beaux endroits.

► J’ai un faible pour les blondes très sexy et stylées, mais je suis ouvert à d’autres possibilités.

► Tu m’intrigues... Le mieux ce serait que tu m’envoies une photo, peut-être après, pourrions-nous nous rencontrer.

► C’est gentil, mais tu es trop grande pour moi ou je dirais plutôt que je suis trop petit ;-)



J’adore être contrôlé, mais par des femmes de ma grandeur ou plus petites ;-)
Mais merci d’avoir pris le temps de me répondre, tu es magnifique, cela doit bien fonctionner pour toi d’être modèle.
Si jamais tu avais besoin des services d’un avocat pas véreux, n’hésite pas à me contacter.

► Tu pourrais être la fille que je recherche, mais il se peut que je sois un peu plus vieux que tu le voudrais, mais je suis agréable. Très propre. Généreux.

► Alors me voilà. Je suis jeune et beau et j’ai une tonne de fric (shitload of cash). Je m’ennuyais au travail, et je me suis dit : pourquoi pas ? Cela dit, ne me faites pas perdre mon temps avec les « combien pour la nuit ? », la réponse sera « je suis trop cher pour toi ». Garde cette phrase pour des vieux désespérés que ça peut intéresser. Si je voulais des pros, je pourrais louer un autobus rempli d’escortes, mais cela m’ennuie. Je veux une « amie » incroyablement attirante, avec qui je peux avoir du plaisir. Je ne veux pas d’une relation avec des émotions, je ne veux pas d’attache. Si tu prouves que tu es la personne que je recherche, alors bienvenue dans mon aventure.


Quelques définitions

► Un Sugar daddy : Le Sugar Daddy moderne est un homme riche et généreux qui souhaite chouchouter une jeune personne et lui offrir une aide financière en échange de sa compagnie et de son amitié.

► Une Sugar Mommy : La Sugar Mommy (ou Sugar Momma) moderne est une femme riche et généreuse qui souhaite chouchouter une jeune personne et lui offrir une aide financière en échange de sa compagnie et de son amitié.

► Une Sugar BabY : La Sugar Baby est une personne séduisante, ambitieuse et intéressée, qui a beaucoup à offrir. Il ou elle est généralement plus jeune et souhaite rencontrer des personnes riches, brillantes et généreuses qui désirent le ou la chouchouter et lui offrir une aide financière ou des cadeaux en échange de son amitié et de sa compagnie.

Notre journaliste s’est inscrite comme Sugar Baby
Voici son profil, sous le nom de Lady V
Ville : Montréal, Québec
Pays : Canada
Âge : 24 ans
Taille : 1,75 m (5’ 9”)
Apparence physique : mince
Yeux : verts
Cheveux : blonds
Éducation : baccalauréat
Emploi : mannequin
Statut : célibataire
Non-fumeuse
Habitude de consommation d’alcool : consomme socialement
Description : Je suis une jeune fille passionnée. J’aime être active, sortir, voir des films, j’aime le bon vin et le sport. J’adore voyager et faire de belles rencontres. J’ai voyagé beaucoup ces cinq dernières années et je ne compte pas arrêter. Je suis mannequin et j’étudie l’histoire de l’art. J’aime avoir de bonnes conversations et je suis une personne intéressante qui veut profiter des bonnes choses de la vie. J’aimerais rencontrer un homme qui a un bon sens de l’humour, intéressant, avec de la conversation, qui a du temps pour voyager et qui veut passer du bon temps.
Arrangement souhaité 3 001 $ - 5 000 $ par mois
Description : Je recherche quelqu’un qui va prendre soin de moi, qui aime donner des petits cadeaux, comme des gros. Je veux rencontrer quelqu’un d’actif, qui peut profiter de la vie, qui veut boire du bon vin tout en écoutant de la bonne musique. Cette personne doit, idéalement, aimer que sa Sugar Baby soit toujours bien habillée. J’aimerais vivre dans un bel endroit spacieux et être toujours bien vêtue, tout en visitant le monde entier.
Commentaires