/news
Navigation
Santé mentale

Supporter les jeunes

hockey balle
Photo PHOTO CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES Encore en 2012, ces problèmes font l'objet de nombreux préjugés.

Coup d'oeil sur cet article

Un tournoi-bénéfice de hockey-balle au profit de la Fondation les petits trésors, qui œuvre auprès des jeunes souffrant de problèmes de santé mentale, a permis d’amasser plus de 15 000 $, samedi, à Rosemère.

Encore en 2012, ces problèmes font l'objet de nombreux préjugés. Une situation qui n'est pas toujours facile à vivre, tant pour les jeunes qui en sont atteints que pour les proches qui les entourent.

Vincent Salvail a 22 ans. Il souffre de trouble anxieux et de trouble envahissant du développement.

«S'il y en a un qui m'écoeure, je le frappe. Je peux devenir violent, a raconté le jeune homme. Je n'aime pas ça me tenir dans un cinéma ou une épicerie à côté (de gens) que je ne connais pas.»

Au Québec, 235 000 jeunes sont diagnostiqués avec un trouble de santé mentale.

Line Bellavance, de la Fondation les petits trésors de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, se désole qu'on n’en parle pas assez.

«Ces jeunes-là, ce sont nos adultes de demain, si on ne fait pas quelque chose aujourd'hui pour les aider, quand ils vont être adultes, ça va être des plus grandes difficultés... c'est des coûts de société qui vont augmenter », a-t-elle expliqué.

Isolement, jugement des autres. Voilà ce qui attend souvent les jeunes aux prises avec des troubles mentaux.

«Contrairement à une maladie physique, qui est souvent très apparente, un enfant qui a problème neuro-développementaux, ce n'est pas apparent, donc souvent on a des commentaires du genre «Voyons, il n'est pas élevé cet enfant-là?»», a déploré Yves Salvail, le père de Vincent.

«C'est difficile, de s'adapter au fait qu'il a des réactions d'enfant souvent, mais quotidiennement, genre vivre avec, ce n'est pas tant différent», a expliqué Pascale, la mère de Vincent.

La Fondation les petits trésors travaille depuis 32 ans à briser les tabous liés à la santé mentale des jeunes. Pour le porte-parole Guy Lafleur, la clé réside dans l'information.

«Il faut que les gens soient conscients que ça existe, a expliqué l’ex-vedette de hockey. C'est faire tout en notre possible pour venir en aide à ces gens-là.»

Aujourd'hui Vincent va mieux. Tranquillement il apprend à gérer ses émotions grâce aux différentes thérapies qu'il a suivies à l'Hôpital Rivière-des-Prairies, le seul centre au Québec dédié à la santé mentale des enfants et adolescents.

C'est lui qui a eu l'idée du tournoi-bénéfice au profit de la Fondation. En milieu d'après-midi, l'objectif de 15 000 $ avait été dépassé.

 

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.