/entertainment/celebrities
Navigation
Dave Richer

Ses premières amours

Dave Richer
Photo François Larivière / Agence QMI Dave Richer

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-JULIE – À peine avait-il mis le pied dans sa maison à Sainte-Julie, au sud-est de Montréal, après sa participation aux Jeux paralympiques de Londres, que Dave Richer confirmait avoir sur la table des projets pour la télévision, le cinéma et le monde de l'humour.

À 40 ans, M. Richer est connu des Québécois pour ses rôles à la télévision et ses participations à plusieurs numéros humoristiques dans le cadre des galas Juste pour rire et du Grand rire.

Celui qui est atteint de paralysie cérébrale a étudié en arts dramatiques au Cégep Saint-Laurent. Il a fait ses débuts comme comédien dans Jasmine, série diffusée sur les ondes de TVA au milieu des années 1990, et a partagé la scène avec Mike Ward, quelques années plus tard, dans un gala Juste pour rire.

À son baptême paralympique de boccia mixte individuelle, une version italienne de la pétanque, Dave Richer a été vaincu 3-2 par une athlète de Hong Kong. Lors de sa première compétition internationale, l'athlète de Sainte-Julie avait mis la main sur une médaille de bronze aux Jeux parapanaméricains de Guadalajara, au Mexique, en 2011.

«Je me suis battu et j'ai travaillé hyper fort pour me rendre où je suis. J'ai également travaillé fort au cours des deux dernières années pour me rendre jusqu'aux Jeux. Je ne veux pas mettre de côté ma carrière de comédien et d'humoriste. J'ai plusieurs projets, mais rien de concret pour l'instant», a-t-il dit.

Dave Richer affirme que chacune des sphères professionnelles dans lesquelles il évolue lui apporte quelque chose de différent. «Alors que le boccia m'apporte le côté compétitif, l'humour me fait triper et mes conférences démontrent que, malgré tout, on peut réussir avec un handicap.»

 

Briser des stéréotypes

 

Pourquoi s'intéresser à l'athlétisme lorsqu'on est déjà une personnalité connue au Québec? «Après avoir été le premier comédien handicapé du Québec, je brise encore des stéréotypes. Généralement, ce sont des athlètes qui deviennent connus et pas le contraire. J'ai toujours réalisé des choses qui étonnent», a commenté M. Richer.

Selon lui, l'humour permet de sensibiliser les jeunes et moins jeunes à la différence. «J'ai toujours été considéré comme le clown de ma classe et dans ma famille. Le fait que je sois drôle n'a rien à voir avec mon handicap. J'aime simplement la vie. Mon humour est cru et direct. Ça me permet de faire rire le public, mais aussi de le faire penser en même temps.»

 

À Sainte-Julie depuis deux ans

 

Peu de temps avant d'accueillir leur premier enfant, M. Richer et sa conjointe ont déménagé à Sainte-Julie pour son caractère familial. Les heureux parents de Marie-Soleil, 19 mois, souhaitent agrandir la famille d'ici les deux prochaines années.

«J'aime ça quand les gens me demandent si j'ai nommé ma fille en raison de Marie-Soleil Tougas, avec qui j'ai joué ma première scène dans “Jasmine”. Ça veut dire que les gens n'ont pas oublié Marie-Soleil et n'ont pas oublié ma première scène!», a-t-il répondu, en précisant que c'est une coïncidence puisque c'est sa conjointe qui a décidé du prénom.

Dave Richer dit que la mentalité des gens a grandement évolué au fil des ans par rapport aux personnes handicapées. «On va dans la bonne direction, mais on a encore du chemin à faire. Si moi j'ai réussi, n'importe qui en est capable. Il suffit de croire en soi. Les gens le comprennent sans même que je le dise, lorsqu'ils me voient à la télévision.»

Commentaires