/news/currentevents
Navigation
trafic

Mitraillettes et saisie record de cristal meth

Les policiers ont mis la main sur l’une des pires drogues du marché noir

Coup d'oeil sur cet article

Une enquête sur un petit réseau de trafiquants de drogue a mené la police de Montréal à la découverte, cette semaine, d’un véritable arsenal de guerre et de la plus importante saisie de cristal meth de son histoire, a appris le Journal.

Les enquêteurs de la Division du crime organisé de la police de Montréal ne s’attendaient sûrement pas à une telle découverte lorsqu’ils ont fait irruption dans quatre résidences de Brossard et des secteurs Greenfield Park et Saint-Hubert, à Longueuil, lundi dernier.

Ils ont mis la main sur pas moins de huit armes à feu, dont deux carabines automatiques Colt M4A1 capables de tirer jusqu’à 900 coups à la minute et dont la portée pratique atteint 300 mètres.

Parmi l’impressionnant arsenal, les policiers ont aussi saisi des fusils de calibre .16 et .12, une carabine de calibre .22 et au moins un chargeur à haute capacité.

Les limiers ont également mis la main sur 16 kilos de cocaïne, mais surtout sur trois kilos de cristal meth, du jamais vu dit le SPVM.

«Nous avons fait analyser la drogue pour en être certain et il s’agit bel et bien de cristal meth. C’est donc effectivement la plus importante saisie de cette drogue jamais effectuée par la police de Montréal», indique l’agent Anie Lemieux.

Au sérieux

Les policiers prennent au sérieux la menace que représente cette drogue, l’une des plus dévastatrices actuellement sur le marché noir.

Le Journal a déjà fait état de deux saisies d’un kilo chacune réalisées l’an dernier par les enquêteurs des stupéfiants des régions sud et nord du SPVM, et qui constituaient les plus importantes à ce jour.

Deux individus ont été condamnés pour ces saisies à sept ans de prison par des juges, qui ne prennent pas à la légère eux non plus la menace de l’arrivée d’une telle drogue au Québec et de ses ravages.

Le cristal meth est bien présent à Toronto et jusqu’à maintenant, ce sont des membres de réseaux de la Ville reine qui avaient tenté d’importer cette drogue à Montréal.

Cela ne semble toutefois pas être le cas cette fois-ci avec l’organisation démantelée lundi.

Réseau d’origine hispanique

«Il s’agit d’un petit réseau d’origine hispanique qui pourrait être relié à un groupe criminel organisé», affirme Anie Lemieux.

Les enquêteurs de la Division du crime organisé du SPVM ont reçu une information qui les a menés vers trois hommes arrêtés lundi.

John Armand Milian Vera, 34 ans, Jonathan Villarroel, 23 ans, et Giancarlo Cabrejo, 21 ans, ont comparu et font face à une kyrielle d’accusations de possession d’armes à autorisation restreinte, possession de chargeurs à haute capacité, complot pour trafic de stupéfiants et possession de stupéfiants dans un but de trafic.

La Couronne s’est opposée à leur libération et ils reviendront en cour ultérieurement.

Commentaires