/lifestyle/books
Navigation
Livre jeunesse

Un silence assourdissant

Un silence assourdissant

Coup d'oeil sur cet article

Livre jeunesse
Un silence assourdissant
Le cri de Léa
de Jean-François Sénéchal
Leméac Jeunesse Éditeur
168 pages, 13 ans et plus

Léa est une adolescente en peine d’amour... William est un jeune réfugié dont les blessures du passé ne sont pas encore guéries... Pierre est un vieil homme, un artiste qui a décidé d’exposer ses créations aux quatre coins de la ville afin de perturber l’ordre social et d’ouvrir les yeux des gens face à la société dans laquelle ils vivent. Un jour, les destins de Léa, William et Pierre se croisent, d’une façon inattendue...

Il m’est impossible de décrire cette œuvre littéraire de l’auteur Jean-François Sénéchal, alors je dirais que si tu aimes les histoires hors du commun et qui en même temps viennent te prendre les tripes, tu seras largement servi avec Le cri de Léa.

Dans ce roman assez original, ce sont quatre histoires (même si, au départ, il semble y en avoir trois) qui s’entremêlent... Celles de Léa, de William et de Pierre y sont prédominantes, mais celle de David y est tout aussi importante. Des personnages forts, sincères et tout sauf typiques, qui semblent n’avoir absolument rien en commun, mais qui dans le fond sont tout sauf différents. Léa peut sembler être le stéréotype de toutes les adolescentes en peine d’amour, mais elle est tellement plus que ça : même si la détresse l’habite de la tête aux pieds et qu’elle garde le silence pendant des mois, elle ne pourrait pas être plus vivante. De son côté, William est un personnage hyper attachant, avec lequel on sympathise immédiatement.

reflet de la société

Je crois que ce roman arrive au bon moment, celui où une société qui se cherche a besoin de ressentir ses états d’âme à travers la littérature et de découvrir à quel point sa peine, sa joie et son incompréhension face à des situations de la vie ou face à des prises de décisions de la part des dirigeants, sont partagées par beaucoup d’autres personnes. Ce roman est comme un cri du cœur lancé par l’humanité pour montrer que tout le monde a une voix dans la vie.

Bref, si tu as de la difficulté à comprendre mon point de vue ou ce que je veux exactement dire, tu n’as qu’une seule chose à faire : lire Le cri de Léa. Tu ne seras pas déçu(e), j’en suis certaine...

Les pensionnaires de La Patoche T.1. : Le secret du pommier
d’Anne Bernard-Lenoir

Il est très rare qu’un roman jeunesse mette en scène des personnes âgées, alors cette nouvelle petite série vaut certainement le détour. Effectivement, dans le premier tome, Le secret du pommier, on fait la rencontre de Nina, Rose et Louis, trois des résidents du centre pour aînés La Patoche. Ils sont aussi des meilleurs amis, et c’est ensemble qu’ils font la découverte d’un étrange objet dans le plus vieux pommier du terrain de la résidence. Piqués par la curiosité, ils décident d’aller y jeter un œil de plus près... Bref, j’adore les personnages de cette série, ils sont vraiment attachants. Et mention spéciale aux règlements de La Patoche, à la toute fin du roman : c’était une excellente idée de les inclure !

Les pensionnaires de La Patoche T.1. : Le secret du pommier
Éditions Québec Amérique (collection Bilbo)
96 pages, 7 ans et plus

Le bois aux Jacinthes T.1. : Le vœu d’anniversaire de Florence
de Liss Norton

Florence la lapine est impatiente de fêter son anniversaire, mais sa famille et ses amis ne semblent pas plus enthousiastes que ça... Tout ce qu’elle veut, c’est organiser un pique-nique avec ses proches ! Les choses se compliquent puisque ses parents sont trop occupés pour lui organiser un goûter et ses amies semblent s’éloigner d’elle... Florence verra-

t-elle son vœu d’anniversaire se réaliser ? Super mignonne histoire avec plein d’animaux ! Le bois aux Jacinthes est une nouvelle série, qui contient déjà quatre petits albums : le premier tome, Le vœu d’anniversaire de Florence, Le bal d’été d’Aimée, La cachette secrète d’Éva et Le merveilleux hiver de Natalie. Faci les à lire, ils conviennent parfaitement à un lecteur débutant.

Le bois aux Jacinthes T.1. : Le vœu d’anniversaire de Florence
Éditions AdA
106 pages, dès 6 ans

Charlotte partout !
de Mireille Messier, illustrations de Benoît Laverdière

Une belle histoire de voyages et de découvertes... La petite Charlotte adore quand sa tante Katie, qui est pilote d’avion, revient de voyage, car elle lui rapporte toujours de belles trouvailles. Eh bien, voilà qu’elle lui annonce qu’elle s’en va à un endroit qui porte son prénom : Charlotte, une ville des États-Unis ! La tante de la gamine se met alors à lui faire découvrir plusieurs endroits du monde qui portent aussi ce prénom. Cependant, Charlotte est un peu déçue d’apprendre qu’aucun d’entre eux n’a été nommé en son honneur... Une histoire simple, qui se lit et se raconte bien, mais qui est extrêmement bien pensée ! Un vrai petit bijou qui mettra à coup sûr un sourire sur les lèvres de votre enfant.

Charlotte partout !
Les éditions de La Bagnole (collection Klaxon)
24 pages, à partir de 4 ans

Léa est une adolescente en peine d’amour... William est un jeune réfugié dont les blessures du passé ne sont pas encore guéries... Pierre est un vieil homme, un artiste qui a décidé d’exposer ses créations aux quatre coins de la ville afin de perturber l’ordre social et d’ouvrir les yeux des gens face à la société dans laquelle ils vivent. Un jour, les destins de Léa, William et Pierre se croisent, d’une façon inattendue...

 

Il m’est impossible de décrire cette œuvre littéraire de l’auteur Jean-François Sénéchal, alors je dirais que si tu aimes les histoires hors du commun et qui en même temps viennent te prendre les tripes, tu seras largement servi avec Le cri de Léa.

Dans ce roman assez original, ce sont quatre histoires (même si, au départ, il semble y en avoir trois) qui s’entremêlent... Celles de Léa, de William et de Pierre y sont prédominantes, mais celle de David y est tout aussi importante. Des personnages forts, sincères et tout sauf typiques, qui semblent n’avoir absolument rien en commun, mais qui dans le fond sont tout sauf différents. Léa peut sembler être le stéréotype de toutes les adolescentes en peine d’amour, mais elle est tellement plus que ça : même si la détresse l’habite de la tête aux pieds et qu’elle garde le silence pendant des mois, elle ne pourrait pas être plus vivante. De son côté, William est un personnage hyper attachant, avec lequel on sympathise immédiatement.

 

reflet de la société

 

Je crois que ce roman arrive au bon moment, celui où une société qui se cherche a besoin de ressentir ses états d’âme à travers la littérature et de découvrir à quel point sa peine, sa joie et son incompréhension face à des situations de la vie ou face à des prises de décisions de la part des dirigeants, sont partagées par beaucoup d’autres personnes. Ce roman est comme un cri du cœur lancé par l’humanité pour montrer que tout le monde a une voix dans la vie.

Bref, si tu as de la difficulté à comprendre mon point de vue ou ce que je veux exactement dire, tu n’as qu’une seule chose à faire : lire Le cri de Léa. Tu ne seras pas déçu(e), j’en suis certaine...

 

Commentaires