/homepage
Navigation
Retour de Vito

De minces chances

Coup d'oeil sur cet article

La figure médiatique qu’est devenu Vito Rizzuto et ses intentions appréhendées par plusieurs de venger son fils et son père pourraient constituer des handicaps à son éventuel retour en tant que parrain de la mafia montréalaise. C’est ce que croient des policiers spécialistes de la question.

La mafia, c’est connu, veut avant tout rester dans l’ombre. Or, l’opération Colisée a braqué les projecteurs sur ses activités et sa façon de fonctionner.

Colisée a été l’un des éléments déclencheurs des enquêtes effectuées par des journalistes et de la pression populaire qui a mené à la tenue de la commission Charbonneau sur l’infiltration du crime organisé dans la construction.

On n’a donc pas fini de parler de la mafia et de dévoiler ses pratiques, jusqu’à la fin des travaux de la commission qui devraient encore durer au moins un an.

Des intérêts divergents

« Si Vito revient et veut exercer sa vengeance, il fera passer ses intérêts avant ceux de la mafia », dit une source qui connaît très bien ce domaine.

« Cela va encore amener de la chaleur sur l’organisation, et ce n’est pas ce que la mafia veut. Elle veut retourner dans l’ombre », a-t-elle ajouté.

« Vito est une figure connue et il sera sûrement étroitement surveillé par les policiers, c’est un autre problème pour lui ».

« Il se pourrait toutefois que l’organisation décide de le garder à Montréal, pour qu’il attire sur lui les projecteurs des policiers et des médias, et que les vrais patrons puissent demeurer dans l’ombre ».

« Les opérations clandestines de la mafia ont été dévoilées au grand jour avec l’Opération Colisée. Elles le seront encore avec la Commission Charbonneau. Mais la mafia a toujours une longueur d’avance et vous pouvez être sûr qu’elle est déjà rendue à autre chose », conclut le policier qui qualifie de « bien minces » les chances que Vito Rizzuto reprenne son fauteuil à la tête de la pyramide du crime organisé au Québec.

Commentaires