/news/currentevents
Navigation

La maison du parrain toujours à vendre

Maison Rizzuto
Photo le Journal de Montréal, Mélanie Colleu Le cottage de Vito Rizzuto n’a toujours pas trouver preneur et son prix a été revu à la baisse.

Coup d'oeil sur cet article

Vito Rizzuto sortira de prison dans 10 jours à peine, et sa maison est toujours à vendre, mais à un prix considérablement réduit, ce qui peut laisser penser que même s’il revient dans la métropole, le parrain déchu aurait l’intention de quitter la rue Antoine-Berthelet devenue, au fil des années, « la rue de la mafia ».

Vito Rizzuto sortira de prison dans 10 jours à peine, et sa maison est toujours à vendre, mais à un prix considérablement réduit, ce qui peut laisser penser que même s’il revient dans la métropole, le parrain déchu aurait l’intention de quitter la rue Antoine-Berthelet devenue, au fil des années, « la rue de la mafia ».

Le somptueux cottage de style munichois à cinq salles de bain et trois portes de garage est toujours au nom de la femme du parrain déchu.

Mais alors que celle-ci en demandait 1,9 M$ au printemps 2011, la maison est maintenant annoncée à 1,5 M$ dans le bottin des résidences à vendre, communément appelé MLS.

Cette diminution du prix de 400 000 $ représente une baisse de 20 %, ce qui démontre que le couple a la ferme intention de la vendre.

C’est un agent de la bannière Realtor qui offre maintenant la maison alors que la vente avait été confiée à la société Sotheby’s l’an dernier. L’agent actuel n’a pas retourné notre appel mais l’an dernier, Mme Kaufman de Sotheby’s avait dit que les acheteurs ne se bousculaient pas au portillon, ce qui semble être encore le cas.

La maison construite en 1982 dans le secteur du Bois de Saraguay, est évaluée à 1 M$.

La rue des morts

Si la rue Antoine-Berthelet a déjà été le chef-lieu de la famille Rizzuto et symbolisé la grandeur du clan des Siciliens, elle regorge aujourd’hui de douloureux souvenirs qui se sont accumulés durant la détention du parrain.

Le fils aîné de Vito Rizzuto, Nick, qui a grandi dans cette maison, a été tué en décembre 2009.

Le 10 novembre 2010, le père de Vito Rizzuto, Nicolo, 86 ans, qui habitait à deux maisons de son fils, a été tué d’une balle à la tête dans sa cuisine, sous les yeux de sa femme et de sa fille.

En mai précédent, le beau-frère de Vito Rizzuto et consigliere du clan des Siciliens, Paolo Renda, a été enlevé tout près de chez lui, sur la rue Gouin. Il n’a jamais été revu depuis et la police le croit mort. Il habitait avec sa femme Maria, la sœur de Vito, dans la maison située entre celles de son beau-frère et de son beau-père.

 

Commentaires