/news/currentevents
Navigation
enlèvement et séquestration

Trois jours d’enfer

Électrocutée et battue, la victime croyait que son heure était venue

Coup d'oeil sur cet article

Pour forcer un homme à rembourser une dette de 12 000 $, deux individus qui pourraient être liés aux Hells Angels lui ont brisé les deux mains en les coinçant à répétition dans une portière de voiture, l’ont forcé à creuser sa propre tombe et l’ont électrocuté.

Pour forcer un homme à rembourser une dette de 12 000 $, deux individus qui pourraient être liés aux Hells Angels lui ont brisé les deux mains en les coinçant à répétition dans une portière de voiture, l’ont forcé à creuser sa propre tombe et l’ont électrocuté.

« Des délits d’une grande brutalité. On peut parler de torture », a déclaré hier la juge Geneviève Graton de la Cour du Québec, en refusant de remettre en liberté l’un des deux suspects dans cette affaire, Andrew Chouinard, alors que l’autre, Bernard O'Keefe, est toujours recherché par la police.

Cette sordide affaire a débuté vers 2 h dans la nuit du 8 au 9 septembre, alors que les deux malfaiteurs et une femme ont sonné à la porte de la victime à Pierrefonds, et lui auraient demandé de les suivre.

La balade nocturne s’est rapidement transformée en enfer lorsque la victime a été battue dans la voiture. Mais les suspects ne se sont pas arrêtés là.

« On lui a fracturé les mains en lui refermant la portière sur celles-ci », a décrit la juge, ajoutant que les suspects ont ensuite fait fumer de la marijuana à leur victime, pour lui faire tolérer la douleur.

Sa propre tombe

L’homme a raconté aux policiers avoir passé au moins huit heures dans la voiture avant d’être amené dans un boisé, à Laval, où ses deux tortionnaires lui ont remis une pelle.

« Creuse pour ta nouvelle location », auraient dit les deux suspects à la victime « qui avait l’impression de creuser sa tombe », a précisé la juge.

Les individus sont repartis avec leur victime, mais le calvaire de cette dernière était loin d’être terminé. L’homme a été amené à une résidence à Laval où il a raconté aux policiers avoir vu des individus torse nu, portant des tatouages des Hells Angels et d’autres portant des blousons avec les mêmes couleurs.

La victime a ensuite été enfermée dans un cabanon où Chouinard et O'Keefe l’auraient électrocutée avec un fil qu’ils auraient branché dans une prise et duquel ils auraient enlevé la gaine protectrice.

La fin du calvaire

Souffrante, se disant incapable de rembourser sa dette, la victime a donné le nom d’une autre personne pour qu’elle verse la somme. Les suspects se sont rendus chez cette personne, en compagnie de la victime amochée et ensanglantée, et ont exigé 1 500 $, sans quoi elle subirait des sévices encore pires.

Mais une fois que les suspects sont repartis, cette personne a plutôt appelé les policiers. Les enquêteurs de la Région ouest de la police de Montréal ont utilisé les moyens d’enquête usuels et appréhendé Chouinard trois jours plus tard. Ils n’ont toutefois pas réussi à retrouver Bernard O'Keefe, 39 ans, qui fait maintenant l’objet d’un mandat d’arrestation.

Andrew Chouinard, 36 ans, fait face à sept chefs d’accusation d’enlèvement, séquestration, voies de fait graves (2), menaces, vol et complot.


  • La police invite toute personne qui aurait de l’information permettant l’arrestation de Bernard O'Keefe ou qui aurait été victime de ces deux hommes à communiquer avec Info-Crime au (514) 393-1133.

 

Commentaires