/news/currentevents
Navigation
Prison | obésité

« Big Mike » sera indemnisé

« Big Mike » sera indemnisé
Photo d’archives Michel Lapointe, mieux connu sous le nom de « Big Mike », devrait être indemnisé pour ses conditions de détention, estime la Commission des droits de la personne.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de la Sécurité publique devra payer 10 000 dollars à un ancien détenu de 430 livres, en plus de réaménager des cellules dans deux prisons pour mieux loger les personnes obèses.

Le ministère de la Sécurité publique devra payer 10 000 dollars à un ancien détenu de 430 livres, en plus de réaménager des cellules dans deux prisons pour mieux loger les personnes obèses.

Michel Lapointe, plus connu sous le nom de « Big Mike », avait trouvé le temps long en détention de 2006 à 2008, se plaignant que les cellules n’étaient pas adaptées à son obésité morbide.

Pendant deux ans et deux mois, l’ancien comptable d’une organisation de trafiquants de drogues avait été placé en détention préventive au centre Rivière-des-Prairies.

L’homme de 41 ans avait dit avoir vécu un véritable enfer, au point qu’il avait porté plainte à la Commission des droits de la personne. Sa plainte a récemment été retenue.

Pas adapté

Quand il dormait, « Big Mike » dépassait de six pouces de chaque côté du lit. Il peinait également à se glisser entre le tabouret et la table de sa cellule.

Et ses problèmes de santé avaient en plus empiré. Sa consommation de pilules médicales avait presque quadruplé, passant de six avant de « rentrer en dedans » à 23 lorsqu’il avait été transféré à la prison de Bordeaux, après sa condamnation.

Pesant 375 livres à son entrée au centre de prévention, il avait gagné 55 livres en deux années.

Selon lui, il n’avait pas pu bénéficier des « mesures d’accommodements nécessaires » à son handicap, et les autorités carcérales avaient refusé d’adapter le mobilier face à sa situation.

Il s’était d’ailleurs plaint que malgré les recommandations d’un juge, le centre Rivière-des-Prairies ne s’était pas occupé de son cas.

« Big Mike » avait fini par porter plainte en 2008 et il aura eu gain de cause.

Dans sa décision, la Commission a ainsi demandé que le ministère de la Sécurité publique verse 10 000 $ à l’ancien détenu, soit 7 000 $ en dommages moraux en vertu de la Charte et le reste en dommages et intérêts punitifs.

Mais surtout, la Commission a proposé le réaménagement de « plusieurs cellules » pour les personnes souffrant de handicap, dont celles atteintes d’obésité morbide. Le tout devra être fait dans un délai de six mois, a proposé la Commission.

Vers un procès ?

Il est à noter que le ministère de la Sécurité publique n’a pas l’obligation de suivre les recommandations de la Commission. Elle a clairement indiqué que les « propositions » visaient à éviter que le litige se transporte devant les tribunaux.

Le ministère de la Sécurité publique a jusqu’au vendredi 12 octobre pour satisfaire aux demandes de la Commission, faute de quoi elle entreprendra un processus judiciaire « compte tenu de l’intérêt public ».

Joint au téléphone hier, le Ministère n’a pas été en mesure d’indiquer s’il allait se plier aux demandes de la Commission.

Extraits de la décision
«
Tenant compte de l’intérêt public et celui de la victime, la Commission propose (...) de verser à Michel Lapointe une somme de 10 000 $.»
«
(La Commission) propose d’aménager au Centre de prévention Rivière-des-Prairies ainsi qu’à l’Établissement de détention de Montréal plusieurs cellules adaptées aux prévenus présentant un handicap, dont les personnes atteintes d’obésité morbide.»
«
Le plaignant allègue (...) ne pas avoir bénéficié des mesures d’accommodement nécessaires eu égard au handicap qu’il présente, les autorités ayant refusé d’adapter le mobilier utilisé à sa situation personnelle.»
«
La Commission est d’avis (...) que les éléments dont elle dispose au terme de l’enquête relativement à l’allégation de discrimination (...) sont suffisants pour soumettre le litige à un tribunal.»
Commentaires