/lifestyle/health
Navigation

Attention au chant du coq

Attention au chant du coq
photo fotolia La coqueluche peut frapper à tout âge. Toutefois, c’est chez les jeunes nourrissons qu’elle s’avère le plus virulente. La meilleure façon de les protéger contre l’infection est donc de les faire vacciner dès leur plus jeune âge.

Coup d'oeil sur cet article

C’était la Une du Journal mercredi dernier et la journaliste Héloïse Archambault le sou­lignait bien : la coqueluche fait un retour en force en province. Fortement contagieuse, la maladie ­pourrait surgir prochainement dans la métropole.

C’était la Une du Journal mercredi dernier et la journaliste Héloïse Archambault le sou­lignait bien : la coqueluche fait un retour en force en province. Fortement contagieuse, la maladie ­pourrait surgir prochainement dans la métropole.

Le symptôme le plus aisément perceptible de cette infection est une quinte de toux, suivie d’un son comparable au « chant du coq » qui précède la respiration suivante. D’où son nom. Si vous entendez ce chant du coq, c’est le temps de vous ­réveiller et de consulter sans trop attendre, surtout si vous hébergez de jeunes enfants.

LA COQUELUCHE

Provoquée par la bactérie Bordtella pertussis, la coqueluche est la deuxième maladie évitable par la vaccination déclarée le plus souvent. Elle peut frapper à tout âge. Toutefois, c’est chez les jeunes nourrissons qu’elle s’avère le plus ­virulente. Elle se transmet par des ­gouttelettes de sécrétions en suspension dans l’air lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue, ou par contact direct ou indirect avec la salive de cette ­personne se trouvant sur ses mains, ou encore sur des ustensiles de cuisine ou des jouets qu’elle a utilisés, par exemple.

La coqueluche dure au moins un mois et peut s’étirer jusqu’à plus de trois mois. Trois phases distinctes la caractérisent. Pendant les 2 premières semaines, l’enfant présente les symptômes du rhume commun : son nez coule, il a une toux sèche et fait, possiblement, une faible fièvre. Il est dès lors contagieux et, s’il n’est pas traité aux antibiotiques, il le sera durant les 3 premières semaines de la maladie.

Durant les 2 à 4 semaines qui suivent, les symptômes du rhume s’atténueront, mais l’enfant sera affecté de longues quintes de toux grasse qui l’épuiseront et l’amèneront au bout de son souffle. Le ­visage rouge, les yeux larmoyants, il pourra être poussé à vomir. Entre ces épisodes de quinte de toux, il pourra ne pas sembler trop malade.

En troisième phase, l’enfant sera moins affecté, mais les quintes de toux demeureront persistantes pour encore 1 ou 2 semaines. Peut-être plus.

Il est très important de consulter dès l’apparition des premiers symptômes, car la maladie entraîne, dans certains cas, de sévères complications, au nombre desquelles figurent l’otite, la pneumonie, la détresse respiratoire, la déshydratation ou des convulsions.

 

Commentaires