/news/currentevents
Navigation
conduite | danger

« Pourquoi les jeunes ne comprennent pas ? » – Sacha Piché, 19 ans

« Pourquoi les jeunes ne comprennent pas ? » – Sacha Piché, 19 ans
photo D’Archives

Coup d'oeil sur cet article

Quand on lui parle de texter au volant, Sacha Piché a le cœur gros. À 19 ans seulement, il a déjà perdu deux amis, morts en conduisant le cellulaire en main.

Quand on lui parle de texter au volant, Sacha Piché a le cœur gros. À 19 ans seulement, il a déjà perdu deux amis, morts en conduisant le cellulaire en main.

« Je ne comprends pas pourquoi les jeunes ne comprennent pas. Il y a des annonces à la télé et les policiers passent dans les écoles, mais ça ne leur rentre pas dans la tête que c’est dangereux », déplore le jeune homme.

Deux accros des textos

Le 4 juin 2011, Sacha a enterré son ami Benoît Lefebvre. À la sortie de l’église de Baie-du-Febvre, près de Trois-Rivière, tous ses camarades de hockey ont formé une haie d’honneur à la sortie du cercueil du jeune homme de 26 ans.

Benoît est mort le 24 mai 2011 dans un violent accident de la route à Saint-­Cyrille-de-Wendover. Il a heurté de plein fouet un camion qui circulait en sens inverse sur la route 255.

Benoît « avait probablement en main son téléphone cellulaire, en train de lire le dernier message entré. Ou encore, il était peut-être en train d'en rédiger un », a commenté le coroner Yvon Garneau dans son rapport. Ses proches ont tous confirmé à l'enquêteur qu’il était un habitué de cette pratique.

Six mois plus tard, le 18 janvier, Sacha va voir un match du ­Canadien avec des amis. Quelques mois plus tôt, Benoît aurait probablement été du voyage.

Sur l’autoroute 20, il croise un accident impliquant un camion et une voiture. Il pense à son ami, mais ne se doute pas qu’il aura à vivre un autre deuil. Un peu plus tard, le jeune homme reçoit un texto.

Son amie Émy Brochu est morte. Elle a foncé dans le camion. ­Sacha comprend alors qu’il a croisé la scène du drame sans le savoir. Comme Benoît, Émy avait l’habitude de texter au volant.

« Une fois, je l’ai textée et elle conduisait. Je l’ai avertie, mais ­elle ne m’a pas écouté », se souvient Sacha.

Conscientisation

L’amoureux de la jeune femme, Mathieu Fortin, a publié leur dernier échange de messages textes deux mois après sa mort pour inciter à la vigilance. « À quel point un message texte ou un courriel peuvent-ils être plus urgents que la vie ? À quel moment des activités sur votre téléphone deviennent plus importantes que les gens que vous aimez ?», demandait-il alors.

« Les gens ne réalisent la gravité de leur geste que lorsqu’ils sont confrontés à un blessé ou à un mort », note le capitaine Jimmy Potvin, spécialiste de la sécurité routière à la Sûreté du Québec.

Applications antitexto

Il existe pourtant des solutions gratuites pour se protéger de soi-même. Dont l’application Drive Mode, qui envoie automatiquement des messages d’indisponibilité quand le propriétaire est au volant.

Cette application a été créée par l’Américaine Shavonne Jones, qui, comme Sacha, a perdu un ami à cause du cellulaire au volant. À 32 ans, il a été tué sur l’autoroute par une jeune conductrice qui ­textait au volant.

Commentaires