/entertainment/music
Navigation
album

Céline au sommet de son art

Coup d'oeil sur cet article

René Angélil et Céline Dion présentaient hier les chansons du nouvel album de la chanteuse Sans attendre. Un album touchant, qui sera présenté au public lors d’une émission spéciale de deux heures à TVA, le 4 novembre prochain en soirée, et non pas à Québec.

Il n’y aura pas d’enregistrement d’émission à Québec pour faire la promotion de Sans attendre, comme on l’avait évoqué. Céline Dion en a décidé autrement. Alors que les chansons de son nouvel album sont des plus intimistes, elle préfère tourner avec les Productions J de Julie Snyder, une émission en studio, entourée de fans.

«Il y avait plein d’idées, mais le show prenait des proportions qui n’ont rien à voir avec cet album, a expliqué hier Céline Dion au Journal. Je parle de mon père, de ma mère, d’Henri Salvador dans cet album. C’est possible de parler d’émotion avec des pétards et des feux d’artifice, mais c’est aussi correct et approprié, de temps en temps, de faire les choses simplement.»

Céline Dion a tranché, alors que son mari, René Angélil, était, semble-t-il, en train de se rendre malade à tenter de plaire à tout un chacun.

«Normalement, je ne me mêle pas de ces meetings-là, confie la chanteuse. Mais quand personne ne tend la main pour te sortir de l’eau, je plonge.»

Livre ouvert

C’est au Club de golf Le Mirage de Terrebonne que ­Céline Dion et son impresario ont fait découvrir ­l’album Sans attendre aux médias montréalais, un album très attendu (en magasin le 5 novembre), après près de six ans d’absence sur disque en français.

«Ce qui me touche, a confié Céline au Journal, c’est que toutes ces chansons sont venues à moi, sans que je les demande. J’ai toujours été un livre ouvert depuis le début. Ça m’a valu des critiques à maintes reprises d’ail­leurs. Mais tout ça a finalement été à mon avantage. Ceux qui ont envie d’écrire pour moi, qui tendent l’oreille un peu, me connaissent déjà très bien.»

Avec Jean-Pierre

Hier, on a pu entendre les 14 chansons de l’album Sans attendre, des pièces remplies d’émotions, des hits à n’en pas douter, une Céline Dion à son meilleur tout en nuances et des duos formidables, dont un avec Johnny Hallyday L’amour peut prendre froid et le duo virtuel avec Henri Salvador, Tant de temps.

Jean-Pierre Ferland qui a collaboré à l’album pour deux chansons, dont une composée spécialement pour ­Céline, Je n’ai pas besoin d’amour, a aussi enregistré avec elle en duo Une chance qu’on s’a.

«Il est arrivé extrêmement tendu, de raconter Céline, si fragile, nerveux, anxieux, pas sûr de lui. Pauvre ti pet (...) Jean-Pierre chante tellement bien. C’est la perfection totale.»

Larmes

Les petits pieds de Léa, vous tirera une larme, c’est certain. C’est l’histoire vraie de Marianne L’Heureux, assistante à la réalisation des Productions J qui a perdu son premier enfant atteint d’une rare maladie chromosomique à 20 semaines de grossesse. C’est la maman et la chanteuse (et beauté du Banquier) Sophie Vaillancourt qui l’ont composée.

La chanson de Luc Plamondon Que toi au monde, que l’auteur a conçue en songeant à un soldat qui part pour la guerre, a aussi de quoi émouvoir.

«Depuis L’amour existe encore, je n’ai pas fait de chanson aussi forte» commente d’ailleurs Plamondon.

Sous le thème de la famille, Sans ­attendre, propose 14 chansons qui parlent notamment du père de Céline, Parler à mon père, de sa mère, Celle qui m’a tout appris, de ceux qu’elle aime.

Plusieurs collaborateurs de longue date ont participé au projet, dont Maxime Le Forestier (Moi je pleure) et Jacques Veneruso (Parler à mon père), ainsi que Grand Corps Malade avec La mer et l’enfant, une des chansons qui, ­selon Céline, a donné sa couleur à l’album.

ce qu’elle a dit
«
En studio, j’ai pleuré beaucoup(...) Si je ne pleure plus, je perds un gros moteur de ma vie. Eddy Marnay disait : “Les gens qui pleurent sont bénis”. Je suis bénie des dieux.»
«
Avec Henri Salvador, j’ai eu l’impression de danser le tango avec lui. Une valse amoureuse, un peu un fantôme d’amour.»
«
Je suis venue chanter au Métropolis pour remercier tous les techniciens, ces stars de ­l’ombre qui nous permettent de passer le message, nous font briller sous leurs projecteurs et pour la petite fille qui n’a plus de papa. C’est déroutant. ­Comme un frisson dans la colonne (...) »
photo courtoisie
Sans attendre, le nouvel album de Céline Dion
Commentaires